Liaisons étrangères

L'ouvrage:
Le lecteur va suivre quelques mois de la vie à Londres de Fred et Vinie, deux professeurs d'université américains.

Critique:
La quatrième de couverture parle d'une critique féroce de l'Angleterre. Je pense qu'il ne faut pas résumer le roman à cela. pour moi, c'est plutôt une galerie de personnages qui (comme la majorité des gens) ont des préjugés sur tout un tas de choses, et les expriment. Certains d'entre eux (le couple ami de Fred) voyaient en l'Angleterre un pays de Cocagne, et ont été cruellement déçus. Voilà pourquoi ils crachent tout ce qu'ils peuvent sur leur pays d'adoption. Il est vrai que ces réflexions véhémentes font plutôt sourire. On a envie de dire au couple de tenter de s'adapter, de sortir de son raisonnement négatif, ou bien de rentrer aux États-Unis. D'une manière générale, les personnages de ce roman sont ainsi: englués dans des idées reçues forgées par la vie. Certains (surtout Fred et Vinie) sont assez ouverts d'esprit pour en sortir, mais cela se fait progressivement et douloureusement. En tout cas, il est vrai qu'Alison Lurie analyse très bien le comportement et la psychologie de ses personnages. À travers de multiples exemples et anecdotes, elle en brosse un portrait réaliste et fouillé.

Ces quelques mois sont comme un voyage initiatique pour nos deux professeurs. l'auteur donne assez d'indices au lecteur pour qu'il sache à quoi s'en tenir sur certaines choses bien avant nos héros. Par exemple, j'ai très vite apprécié Chuck, et trouvé Rosemary égoïste et frivole. Mais attention, n'ai-je pas, moi aussi, fait preuve de préjugés? Ne les ai-je pas jugés trop vite? Vous le saurez en lisant le roman.

La structure est classique. L'auteur alterne les chapitres où l'on voit Vinie et ceux où on voit Fred. Chaque chapitre commence par une citation ayant trait à leurs travaux. Parfois, ils se rencontrent, mais évoluent dans des sphères relativement opposées.
Le début m'a paru un peu lent, mais une fois que je suis rentrée dans le livre, j'ai savouré l'écriture d'Alison Lurie.

L'ambiance et la justesse de ce roman m'a fait penser à «Changement de décor», de David Lodge.

Éditeur: Rivages.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.
Note: Ce roman n'est plus disponible à la BSR.

Acheter « Liaisons étrangères » sur Amazon