Pour le meilleur et pour la mort

L'ouvrage:
1946, Angleterre.
Rose et Antonia, qui ont toutes deux servi dans la RAF pendant la guerre, se rencontrent par hasard dans la rue. Elles sont enchantées de se revoir. De fil en aiguille, elles se confient l'une à l'autre, surtout Rose. Rose n'est pas heureuse. Elle a commis l'erreur d'épouser Barry Bell, un tombeur invétéré. A l'écoute de ses déboires, Antonia suggère légèrement que Barry pourrait avoir un accident. Horrifiée, Rose refuse. Mais Barry n'a pas fini de la surprendre désagréablement. Rose finira par accepter la proposition d'Antonia. C'est là qu'elle va entrer dans une spirale où elle tombera de Charybde en Scylla, un piège inextricable.

Critique:
Ce roman me fait un peu penser à un mélange de James Hadley Chase, de Fred Kassak, et de Serge Brussolo. On va de surprise en surprise, de rebondissement en rebondissement. Quelque chose doit se passer. Les personnages ont un plan minutieux qui ne peut pas échouer, et il échoue justement. Quelque chose se passe, un grain de sable vient enrayer la machine si bien huilée, et rien ne prend la tournure qu'avaient prévue les personnages.
L'intrigue est intelligemment construite. Les plans imaginés sont fins. Ce n'est pas un thriller où l'on a peur à chaque seconde, mais c'est un bon roman policier où l'on n'arrive pas à prévoir ce qui va se passer, sauf peut-être à la toute fin. Je me doutais de ce qui allait arriver quand Rose rencontre le policier. A part cela, je n'ai pas réussi à savoir si tout allait se passer comme prévu, ni comment cela pouvait se passer autrement. J'ai même soupçonné quelqu'un qui n'avait rien fait.
Quelque chose est là exprès pour dérouter le lecteur. L'un des personnages échafaude un plan, et en parle à deux autres personnages, mais ne leur dit pas la même chose. Le lecteur se demande donc lequel des deux personnages connaît la vérité. Il ne sait pas quelle version croire.

Le personnage d'Antonia est déconcertant. Elle tue comme elle se brosserait les dents, sans états d'âme apparents. Elle est toujours joyeuse, et sait se tirer de n'importe quelle situation. Elle n'est pas sympathique au lecteur. Celui-ci pense qu'elle finira bien par être punie...

Je ne peux pas en dire plus. J'aimerais encore parler des personnages, mais je dévoilerais trop de choses. Je vous conseille ce roman. L'auteur a obtenu plusieurs prix pour divers polars. Bien sûr, cela ne veut rien dire pour moi. Je ne tiens pas compte des prix, car ils sont souvent usurpés. Mais à la lecture de ce roman, je pense que Peter Lovesey mérite les prix qu'ont eu ses romans.

Éditeur: Librairie des Champs-Élysées.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Arlette Bratschi pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « Pour le meilleur et pour la mort » sur Amazon