Nos vies désaccordées

L'ouvrage:
François Vallier est pianiste. Un jour, il reçoit un e-mail d'un admirateur. Entre autres, celui-ci lui dit qu'il l'a découvert parce que l'une de ses patientes (il travaille dans un hôpital psychiatrique), écoute ses CDs en boucle. François en est sûr: cette patiente ne peut être que Sophie, son amour perdu. Voilà trois ans qu'elle est internée et qu'il ignore où. Il décide d'aller la retrouver sans plus attendre.

Critique:
Avant de lire ce court roman, j'ai lu l'avis d'une personne qui disait que si Sophie était fragile psychologiquement, le héros n'avait rien fait pour arranger les choses. Je suis d'accord avec cet avis. En effet, le narrateur livre son histoire, et n'omet pas de montrer à quel point il fut détestable lors de cette relation. Outre sa jalousie maladive, il n'a pas vraiment su épauler Sophie lorsque celle-ci en avait le plus besoin.
D'autre part, je comprends qu'il ait dû laisser le temps panser ses blessures, car on ne peut pas vivre si on n'accepte pas de faire avec ce qu'on ne peut changer. Cependant, je trouve qu'il s'est remis un peu facilement. Il n'était pas vraiment obligé d'avoir une autre concubine. Il ne cesse de crier son amour pour Sophie, mais il n'a pas fallu longtemps pour qu'il la remplace. Il se montrera d'ailleurs tout aussi indélicat avec sa nouvelle conquête.

D'un autre côté, François avoue et reconnaît ses torts envers Sophie. Il ne cherche pas l'absolution. La situation terrible de la jeune femme et l'introspection du narrateur font qu'il semble avoir gagné en maturité. On peut espérer que s'il parvient à établir un contact avec Sophie, il ne fera pas les mêmes erreurs, ne l'étouffera plus, la comprendra, saura l'aimer. C'est ce qui fait que je n'ai pas pu lui en vouloir longtemps. D'ailleurs, l'amour qu'il décrit est violent, il ne peut donc aller sans une certaine toxicité. Les épreuves, mais surtout l'idée qu'une seconde chance lui sera peut-être donnée, le renforcent, l'apaisent presque, le rendant plus profond que tumultueux, plus attentionné que passionné, plus généreux que destructeur, plus libérateur qu'oppressant. Tel un enfant capricieux qui a besoin de se frotter à la vie, cet amour s'est nourri de son désespoir pour mieux renaître.

Quant à Sophie, Bohême, fragile, quelque peu instable, il semblerait que l'internement l'ait mise en face d'elle-même. Il a fallu qu'elle puise en elle-même pour ne pas sombrer, et elle en a trouvé la force. Pour moi, elle s'est concentrée sur cette unique désir: garder la tête hors de l'eau. Elle s'est aidée de ce qui lui rappelait François de la manière la plus explicite, la plus présente, de ce qui était l'essence de celui qu'elle aimait. En se raccrochant à la chose la plus sincère qu'elle ait connue, Sophie s'est prouvé à elle-même qu'elle avait la force de s'en sortir, qu'elle n'était pas une moins que rien, malgré l'incompréhension et le rejet systématiques de sa famille.

Sous des dehors simplistes, un livre sensible, une histoire peu ordinaire, décrivant un amour qui ne cessera de chanter, et qui, malgré son côté destructeur, sera bénéfique.

Remarques annexes:
Si on pinaille, on peut penser qu'il est très gros que François ait tout de suite su qu'il n'y avait que Sophie qui pouvait écouter ses CDs en boucle.
Le coup de foudre m'a également déplu, mais puisque l'histoire perdure, je l'ai pardonné à l'auteur.

Éditeur: Autrement.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Nos vies désaccordées » sur Amazon