Vince et Joy: et si le premier amour était le bon

L'ouvrage:
2003.
Vince est à une soirée avec des amis. Chacun évoque sa première fois. Lorsque le tour de Vince vient, il explique que sa première fois, c'était avec son premier amour, une fille de son âge pour qui c'était également la première fois. Il raconte à ses amis comment il a rencontré Joy, à dix-neuf ans, et comment, ensuite, les aléas de la vie les ont ballottés.

Critique:
Voilà un roman divertissant qui ne fait pas trop réfléchir. Quelques situations et caractères sont un peu téléphonés, mais dans l'ensemble, on passe un bon moment.
Les personnages de Georges et de Jesse ne sont pas sympathiques, et c'est justement un défaut. Il est facile de les trouver antipathiques. Il aurait été plus intéressant que Vince n'aime pas Jesse tout simplement parce qu'elle n'est pas Joy, comme c'était le cas avec Magda.
Pour Joy, c'est plus compliqué. Au début, elle agit comme avec son tout premier flirt: par dépit et faiblesse. Mais au final, il est trop facile de trouver Georges désagréable.

C'est la même chose pour Allan. Barbara excuse et accepte tout, et Joy finit par le comprendre. S'il est logique qu'Allan se soit senti floué, ce n'était pas une excuse pour agir comme il a fait tout au long de son mariage, avant même la naissance de Joy.
Barbara est mi-sympathique mi-exaspérante. Elle s'étiole, laisse son mari la tyranniser et la rabaisser pour une raison que le lecteur finit par connaître, mais qui n'est pas valable.
Quant aux deux personnages principaux... ils sont peut-être un peu trop gentils, mais ils sont attachants. Vince et Joy sont séparés par des événements, des hasards, des occasions manquées... j'avais peur que le tout soit très gros, mais en fait, Lisa Jewell a su construire son intrigue assez pertinemment. Certains faits sont même drôles: comment ne pas rire lorsque Madeleine fait son petit numéro?

Si des pans de l'intrigue paraissent un peu poussifs, ils sont rattrapés par les personnages sympathiques.
J'ai beaucoup apprécié Bella qui n'a pas la langue dans sa poche, et est assez loufoque.
Cass est excentrique, et elle ne manquera pas de faire rire le lecteur.
Julia est attachante.
Chriss et Kirsty représentent le bonheur tranquille, celui auquel on aspire. On remarquera le contraste entre les vies tumultueuses de Vince et Joy et ce couple.

Éditeur: Jean-Claude Lattès.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Annie Lamoise pour l'association Valentin Haüy.

Acheter « Vince et Joy: et si le premier amour était le bon » sur Amazon