Le génie des coïncidences

L'ouvrage:
2011.
Thomas Post est professeur d'université. Il croit au hasard.
Azalea Foley croit que rien n'arrive sans raisons. Elle en veut pour preuve le nombre incroyable de coïncidences qui jalonnèrent sa vie. Après avoir lu un article de Thomas à ce sujet, elle va le voir afin de lui demander d'expliquer toutes ces coïncidences.

Critique:
Énigme, amour, aventure... ce livre m'a plu. Certaines choses peuvent paraître à la frontière du vraisemblable, et pourtant... En effet, certaines coïncidences qui arrivèrent dans la vie d'Azalea sont assez improbables. Dans un autre roman, j'aurais sûrement dit que l'auteur exagère. Ici, il le fait habilement passer, car il explique que la jeune fille elle-même a du mal à y croire. Il semble que la vie de notre héroïne soit une succession d'événements qui n'auraient pas pu arriver les uns sans les autres. La façon dont l'auteur les fait s'enchaîner, tout en ne perdant pas de vue qu'il s'interroge sur le hasard et les coïncidences, est très intéressante.

La structure est un peu déroutante. Rien n'est raconté de manière chronologique (sauf le tout début et la toute fin), et parfois, on s'y perd un peu. Certains événements nous sont contés avant que certains personnages en aient connaissance. Cela a fait que lorsqu'ils finissaient par en parler, j'avais un moment d'hésitation, et je me demandais comment ils avaient appris ceci ou cela. Tout est expliqué, mais il y a une certaine gymnastique à faire. Je ne pense pas que cette structure était nécessaire. J'aurais aimé que ce soit un peu plus «ordonné».

Une partie du roman se passe en Ouganda dans les années 80-90. Cela m'a permis de découvrir un pan de l'histoire que je connaissais peu. En outre, l'auteur s'attarde sur les sentiments et émotions des personnages, que ce soit les enfants assujettis, ceux qu'on tente de protéger, ceux qui les protègent... À un moment, il compare notre société de consommation à ces enfants et ces hommes qui luttent pour survivre dans des conditions atroces, et dont le sort est méconnu.

J'ai trouvé la fin un peu rapide. Tout est expliqué, mais j'ai trouvé que c'était un peu abrupte...

Lorsque Thomas et Azalea décortiquent le hasard, les coïncidences, et la fatalité, j'ai pensé (comme beaucoup de lecteur le feront sûrement) à la manière dont j'interprète ce qui arrive dans ma vie. Parfois, on voit des signes dans certains événements, on fait des paris un peu idiots. Certains ont, comme Thomas et Azalea, des idées bien tranchées sur les raisons pour lesquelles les événements arrivent. Finalement, l'auteur montre à ses personnages qu'il y a peut-être une part «d'écrit» et une part de hasard. Par exemple, lorsqu'une personne doit faire un choix, rien n'est encore prédéfini, tout dépend de ce qu'elle choisira. Azalea dirait peut-être que le choix que fera la personne est déjà écrit. ;-) Lorsque des événements semblent inéluctables, peut-être les personnes impliquées peuvent-elles y changer quelque chose. Là encore, un fataliste dira que les actes de ces personnes, destinés à changer le cours des choses, étaient écrits... Je préfère penser qu'il y a plusieurs possibilités, et que selon la direction que prendra chacun, les choses tourneront d'une manière ou d'une autre.

Ce roman est à lire d'abord parce qu'il est bien écrit, bien pensé, et ne traîne pas, mais aussi parce qu'il fait réfléchir quant à ces mystères qu'on appelle les coïncidences.

Éditeur: Stock.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Viviane Gonzalès pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « Le génie des coïncidences » sur Amazon