La forteresse

L'ouvrage:
Le lieutenant Livius Maxim est bien content: dans deux semaines, il sera démobilisé. Il va rentrer chez lui, retrouver sa promise...
Pourtant, un événement inattendu va bouleverser ses plans. On l'envoie rejoindre d'autres hommes dans une autre base, base qui semble isolée.
Il y rencontre certains hommes sympathiques, d'autres un peu moins. Il se rend compte qu'on perd vite la notion du temps, ici. D'autre part, on ne semble pas vraiment respecter les grades.

Critique:
J'ai beaucoup aimé ce livre. Je vous le conseille vivement. Il fait partie des livres dont je me souviendrai longtemps.

Le lecteur se rend bien compte très vite que quelque chose ne va pas dans cette base, mais il ne sait pas exactement quoi jusqu'à ce que l'auteur décide de lui donner la clé de l'énigme.
En outre, on a tout le loisir de découvrir comment les hommes vivant dans cette base s'expliquent les phénomènes qui s'y passent. Les uns parlent d'évènements divins, les autres évoquent les extra-terrestres... Livius n'étant pas là depuis longtemps, le lecteur se raccroche à sa rationalisation des choses. On comprend que les hommes, vivant en autarcie, cherchent des explications à ce qu'ils subissent. Cela montre justement leur humanité. Ils sont esseulés, ne comprennent pas tout ce qui leur arrive, alors, ils cherchent une explication. Parfois, l'explication n'est pas vraiment convaincante, mais elle les aide à ne pas sombrer dans la folie. Elle les aide à accepter leur sort.

En outre, quelque chose dans la base ayant un curieux effet sur ses habitants, les hommes passent des heures à s'immerger dans leurs souvenirs. Ainsi, nous apprenons le passé de Livius. J'avoue que cette histoire de famille m'a moins plu que le présent de Livius. Pourtant, elle est intéressante, et nous présente des personnages blessés qui agissent et réagissent parfois brusquement et follement, des personnages que la vie et ses secrets ont malmenés, et qui essaient de s'en tirer malgré tout. Le père de Livius n'a pas toujours fait ce qu'il aurait fallu. Le vieux Fabrio ne parle pas beaucoup, semble être relativement épargné, mais sait ce qui s'est passé et comment cela s'est passé. Il en souffre en silence, il en prend son parti... Cécilia se rebelle contre ses parents, contre ce qui lui arrive sans qu'elle le demande. Cécilia est victime du passé de sa mère, et se révolte, se sentant flouée, car elle n'a rien choisi de tout cela.

La fin m'a laissée avec plusieurs questions. Certaines perspectives sont assez effrayantes...

Éditeur: Viviane Hamy.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jean-Louis Feuz pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « La forteresse» sur Amazon