La guerre des mères

L'ouvrage:
Mele Bart, vingt-huit ans, mère d'Elie (deux ans), s'inscrit au Club des Mamans de San Francisco (CMSF). Son but est d'échanger avec d'autres personnes qui font face à la même situation qu'elle: élever un enfant. Le club organisant un concours de recettes de cuisine, Mele décide d'y participer. Pour ce faire, elle demande à des amis de lui raconter des anecdotes qu'elle associera à une recette.

Critique:
À la lecture du résumé, je m'attendais à un roman où des jeunes femmes se serreraient les coudes et partageraient leurs astuces sur les petits ennuis du quotidien. J'imaginais que tendresse et humour seraient au rendez-vous. J'ai été très déçue. Je me suis très vite ennuyée. Comme il y a beaucoup d'anecdotes différentes, le tout est décousu. En outre, je n'ai pas vu le rapport entre ces récits et les recettes. De plus, aucun personnage ne m'a paru sympathique. Mele dit du mal de tout le monde, soupire après son ex, et n'accepte de s'en désintéresser que pour penser à entamer une relation avec un autre homme. Il n'y a aucun moment de complicité et d'amour entre sa fille et elle. Certes, il y a bien les scènes où l'une dit qu'elle aime l'autre et où l'autre surenchérit, mais c'est tellement cliché (j'ai trouvé ce genre de scènes dans des livres sirupeux) que ce n'est pas crédible.

Entre les anecdotes et les réflexions de Mele, on a droit à une succession de clichés que la drôlerie rattraperait, si elle était présente. Par exemple, l'histoire de la narratrice très stressée qui va en repérage dans une école où elle compte inscrire son enfant, et découvre, en plein milieu de l'entretien, qu'elle a une culotte sale coincée dans une jambe de pantalon... Cela ne m'a pas fait rire, parce que j'imagine que, normalement, pour un rendez-vous auquel elle accorde une telle importance, elle va faire très attention à tout.
Autre exemple: la discussion sur le racisme. En substance: «Oh làlà! Si je dis à ma fille que non, ce n'est pas le père de Robert, mais qu'il lui ressemble, je vais avoir l'air raciste!» Pourquoi la mère n'a-t-elle pas expliqué à sa fille que les deux hommes ont la même nationalité, mais que c'est bien deux personnes différentes? Je ne vois pas où était la drôlerie dans cet exemple.

On rencontre, entre autres, une mère dont l'enfant est rejeté parce qu'il n'interagit pas avec les autres. C'est censé moquer ce genre de réactions, mais je n'ai pas vu où c'était amusant...

Je vais arrêter ma chronique ici, car je n'ai rien de positif à dire sur ce roman. Je suis très étonnée qu'il ait fait rire tant de gens...

Service presse des éditions Denoël. La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.

Titre: La guerre des mères
Auteur: Kaui Hart Hemmings
Éditeur: Denoël
Nombre de pages: 310
ISBN: 978-2-20713-692-8
Traduction: Mélanie Trapateau
Date de publication: 8 février 2018

Acheter « La guerre des mères » sur Amazon