172h sur la Lune

L'ouvrage:
La Nasa décide de programmer une nouvelle expédition sur la Lune. Cela sera très médiatisé. Afin de toucher toutes les tranches d'âge, il est décidé que trois adolescents, tirés au sort seront du voyage.

Critique:
Mon sentiment est mitigé quant à ce livre. Au début, je l'ai beaucoup aimé. L'auteur présente ses personnages, on s'attache tout de suite à eux. J'ai surtout apprécié Mia qui ne s'en laisse pas conter, et qui ne supporte pas qu'on décide à sa place. En outre, elle est la seule à ne pas trouver que cette expédition est une aubaine. J'aurais réagi comme elle. Chacun y voit une occasion de se faire mousser, d'être vu à la télé, qu'on parle d'eux. Personne (sauf Mia) n'a envie de continuer tranquillement sa vie. Excepté elle, ces gens ne se satisfont pas de ce qu'ils ont.

Ensuite, j'ai mis longtemps à comprendre où l'auteur voulait aller. J'aime être surprise par une intrigue. En outre, celle-ci est exempte de temps morts.

Lorsque l'auteur dévoile ses batteries, j'ai d'abord apprécié l'idée. Outre que l'étau se resserre sur nos héros, et que le suspense est habilement distillé, des questions intéressantes sont soulevées, notamment les raisons qui poussent les humains à frayer avec quelque chose qu'ils savent dangereux. C'est expliqué, mais les humains n'ont que des théories. Donc pourquoi ne pas laisser le danger où il est?

C'est la fin qui m'a déplu. D'abord, je trouve qu'elle ressemble à la fin d'un mauvais film d'épouvante. Je l'avais prévue, à un certain moment, en espérant que l'auteur ne glisserait pas dans cette facilité. D'autre part, j'aurais aimé que l'auteur explique (même après coup) à quel moment la chose s'est faite.
Pour moi, cette fin a gâché le reste. Il est vrai qu'il n'y avait pas beaucoup de fins possibles, mais j'aurais préféré que l'auteur choisisse l'autre possibilité.

Éditeur: Albin Michel.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Suzanne Vanderperren pour la Ligue Braille.
Je suis toujours contente de retrouver cette lectrice dont la voix et l'interprétation me plaisent. J'ai quand même été un peu déçue qu'elle prononce les noms anglophones avec un accent. Bien sûr, j'ai apprécié qu'elle prononce les phrases entières en anglais avec l'accent approprié. C'est trouver quelques mots dits à l'anglaise dans un texte en français qui ne me semble pas naturel.

Acheter « 172 heures sur la Lune » sur Amazon