Pas de berceuse pour Fanny

L'ouvrage:
Voilà quinze jours qu'Alice Francour a accouché d'une petite Fanny. Ce matin, elle se force à quitter sa fille pour quelques heures. À son retour, elle constate que le nouveau-né a disparu. À sa place, il y a un autre bébé. Son mari, David, ne la croit pas. Elle pense qu'il culpabilise, car il s'est endormi une dizaine de minutes, alors que la maison n'était pas fermée à clé. La police est réticente à ouvrir une enquête. Vivienne, la mère de David, n'affirme pas qu'elle croit Alice, mais assure qu'on ne pourra en être sûre qu'en effectuant des tests ADN.

Critique:
L'idée de départ est bonne. Cependant, l'auteur s'embourbe vite dans des lenteurs assez lourdes. Je pense qu'elle aurait pu en éviter beaucoup si elle n'avait pas usé d'une structure pour le moins déstabilisante. Sur presque tout le roman, les chapitres alternent à la fois les points de vue et le temps: le deuxième chapitre a lieu une semaine après le premier, et n'est plus rédigé du point de vue d'Alice; puis le troisième revient à une semaine plus tôt, et c'est Alice qui parle, comme dans le premier... Je suppose que l'auteur a voulu éviter un récit routinier, a souhaité que le lecteur fasse une espèce de gymnastique de reconstitution du puzzle tout en découvrant certains événements avant d'autres... cela m'a donné la sensation que les chapitres qui se passent plus tôt n'étaient que du remplissage, alors que si je les avais lus avant le début des recherches de la police, je les aurais davantage appréciés.

Sophie Hannah montre des personnes malades, impitoyables, et maniant à merveille la manipulation psychologique. C'est une bonne chose, certes, mais d'autres l'ont mieux fait, à mon avis. Je pense notamment à Charlotte link dans «Le soupirant» ou «Le poids du passé», voire à Elizabeth Haynes dans «Comme ton ombre».
Certaines choses se devinent très vite. Dans certains romans, ce n'est pas gênant, mais ici, cela m'a embêtée. Cela a ôté de l'intérêt à la lecture.

Simon et Charlie m'ont agacée parce qu'ils n'ont pas l'air très professionnel. L'un comme l'autre se laisse guider par ses hormones. On me dira que c'est positif, parce qu'ils ne sont pas froids, ne cherchent pas à tout catégoriser... Soit, mais il y a un juste milieu. Là, Charlie néglige certaines preuves parce qu'elle n'aime pas Alice, et Simon veut rouvrir un dossier parce qu'il aime Alice (ou a envie de coucher avec elle, car il ne la connaît pas vraiment). Simon s'appuie sur les preuves rejetées par Charlie pour rouvrir le dossier, mais il fait cela pour de mauvaises raisons. En effet, s'il avait été un bon policier, il aurait mis cela en avant bien plus tôt.

La dernière révélation rend certaines choses un peu bancales. Je pense qu'il serait facile de prendre l'auteur en défaut en relisant certains chapitres à la lumière de cette révélation. Le pire, c'est que cela aurait pu être beaucoup mieux amené si les chapitres contés du point de vue d'Alice n'avaient pas été à la première personne du singulier, ou du moins, n'avaient pas exprimé les pensées de l'héroïne. L'auteur aurait pu faire en sorte que le lecteur ne puisse trouver des incohérences. Bien sûr, elle donne des explications, les circonstances font que c'est peut-être possible, mais c'est un peu gros.

Les personnages ne m'ont pas assez intéressée pour contrebalancer les défauts. Il est vrai que le lecteur aura envie que «les gentils» s'en sortent. J'ai d'ailleurs été contente de ce qu'il advient de Félix. Mais les personnages m'ont paru assez fades. Alice se bat pour sa survie, et explique bien comment elle a pu tomber entre les griffes de ceux qui l'ont manipulée. Il n'en reste pas moins que sa naïveté confinant à la bêtise et ses larmoiements m'ont ennuyée.
Quant aux «méchants», leur psychologie est assez classique.

Un roman intéressant, mais dont, à mon avis, les qualités ne font pas vraiment oublier les défauts.

Éditeur: Calmann-Lévy.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Emmanuelle Lemée pour le service Lecture Sonore de l'Unadev

Acheter « Pas de berceuse pour Fanny » sur Amazon