La corde de mi

L'ouvrage:
Luce décide de reconstituer l'histoire de son père (Marc), afin de le comprendre. En effet, les relations entre eux n'ont jamais été faciles.

Critique:
Lorsque j'ai compris comment était structuré le roman, j'ai eu peur de ne pas l'aimer, car il regroupe certaines choses qui me déplaisent habituellement. Par exemple, la narratrice ne cesse de louvoyer entre le passé de son père, son propre passé, et son présent. Souvent, cette structure est inutile, et rend le roman artificiel. Ici, ce n'est pas le cas, car on découvre les tourments de Luce qui tente d'extirper cette histoire d'elle, et qui cherche son père à travers les maigres indices qu'elle peut glaner. En outre, cette structure rend compte de l'état d'esprit des personnages: ils sont perdus, torturés. Si cela semble brouillon dans d'autres romans, ici, c'est adéquat, et rend compte d'un méticuleux travail de l'auteur. Rien n'est laissé au hasard. Chaque information, chaque pièce du puzzle est donnée en temps voulu au lecteur.
D'autre part, lorsque Luce narre le passé de son père, elle parle à la troisième personne (ce qui est logique), ou bien elle s'adresse à lui. Habituellement, ces changements m'agacent. Mais ici, ils s'accordent avec ce que dit la narratrice et ses raisons de le dire à ce moment-là.

À l'instar de Marc et Luce, on se débattra dans les eaux troubles de cette histoire compliquée, de cette énigme à tiroirs, de ces personnages dont le mal être est presque palpable. Le lecteur sent bien qu'il faut creuser, voir au-delà de certaines réactions... cependant, certains personnages n'ont pas trouvé grâce à mes yeux. Si l'attitude de Marc peut s'expliquer, elle ne peut pas être excusée. Bien sûr, c'est un être complexe, et son rejet s'explique de plusieurs façons, pas uniquement par celle qu'on apprend vers la fin du livre. Il a éveillé ma compassion, mais a également suscité mon antipathie.
Quant à sa mère, elle n'a pas du tout éveillé ma compassion. Pourtant, on peut se demander comment on réagirait à sa place. Cependant, je ne peux la plaindre, car sa vie a été gouvernée par son égoïsme.
Les frères (Jocelyn et Aubain) sont des personnages apaisants pour le lecteur. Ils pensent toujours juste, énoncent toujours leur avis de manière sensée, ne sont pas dépourvus d'humour. C'est eux qui, sans le savoir, aideront Luce à y voir plus clair.

J'ai également apprécié le style de l'auteur. Tour à tour délicat, rude, poétique, il décrit parfaitement la psychologie des personnages, mais aussi le décor dans lequel ils évoluent.

Éditeur: Bernard Campiche.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Martine Moinat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « La corde de mi » sur Amazon