Mont-Cinère

L'ouvrage:
Depuis que Stephen Fletcher est mort, sa femme, Kate, est maîtresse du domaine de Mont-Cinère. Elle vit là entre sa fille, Emily, et sa mère, missis Elliott. Les trois femmes pourraient vivre de manière aisée. Cependant, Kate souhaite dépenser le moins possible, et contraint sa famille à vivre dans des conditions difficiles. Par exemple, la grande maison est rarement chauffée.

Critique:
Ce roman n'est pas récent, mais il reste actuel. Il est d'abord fascinant et terrifiant de voir la «maladie» développée par Kate. Julien Green décrit cela de manière précise et réaliste. Cette pingrerie extrême devient même comique aux yeux du lecteur. En effet, si on se désole, si on compatit pour celles qui en font les frais, on ne peut s'empêcher de sourire devant l'étalage de tant d'avarice.

Outre cela, le romancier décrit très bien les relations qui s'installent inévitablement entre des femmes aigries qui s'agacent, se cherchent, dont les ressentiments croissent de jour en jour. Ces femmes qui ne s'aiment pas (il est peu probable que missis Elliott aime vraiment Emily), vivant seules dans cette grande maison froide... cette ambiance recèle un parfum de gothique. Le surnaturel n'intervient jamais, mais l'atmosphère y serait propice. D'ailleurs, Emily fait parfois des cauchemars appelés par cette ambiance.

À un moment du récit, j'ai vu se dessiner une fin probable. Je pensais qu'un personnage tenterait d'en manipuler un autre jusqu'à une issue fatale. Je trouvais un peu dommage que cela soit si prévisible. C'est peut-être aussi ce qu'a pensé l'auteur, car il fait prendre un autre tour aux événements, ce qui fait qu'on ne peut presque rien prévoir. Je me suis demandé comment l'écrivain terminerait ce roman. Je pense qu'il a choisi la meilleure fin qui soit si on considère le reste.
Ajoutons à cela que le style de l'écrivain est recherché, délicat, précis. Cela a été un bonheur pour moi de lire un ouvrage rédigé avec tant de netteté, de fluidité, de richesse.

Emily se démarque des autres personnages. À travers son cheminement, l'auteur montre que c'est le contexte qui l'a faite ainsi. La jeune fille ne demandait qu'à aimer. Elle tente même de se faire aimer de sa mère alors que celle-ci ne lui a jamais prodigué de tendresse.

Éditeur: Librairie Générale Française.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Claude Fissé pour la Bibliothèque Sonore Romande.
La lectrice a une voix agréable, une diction soignée. Elle a parfaitement su rendre le style de Julien Green.

Acheter « Mont-Cinère » sur Amazon