La mariée mise à nu

L'ouvrage:
Une jeune femme disparaît. Tout donne à penser qu'elle s'est enfuie. Elle a laissé, dans son ordinateur, un manuscrit racontant une période de sa vie.

Critique:
Mon avis est mitigé quant à ce livre. L'histoire est très prévisible: une femme découvre (ou croit) que son mari la trompe (et il faut voir avec qui, c'est le cliché par excellence), elle se fâche, finit par prendre un amant, et c'est avec lui qu'elle découvre le summum du plaisir physique. L'histoire attendue nous montre des personnages peu épais auxquels on ne croit pas réellement. Il y a bien un rebondissement, entre le mari et l'amant, mais je n'ai pas été convaincue. Idem pour l'explication qu'elle finit par obtenir de son mari. L'histoire est donc poussive.
En outre, on ne sait pas vraiment pourquoi l'héroïne s'en va. Est-elle éternellement insatisfaite, comme elle le laisse supposer à un moment? Ce n'est peut-être pas si important, mais ce flou ne m'a pas plu.

D'un autre côté, Nikki Gemmell est la première à écrire un roman de ce genre, et à dire la vérité quant aux rapports sexuels. En tout cas, c'est la première que je lis. (On me dira que Cyrill Collard l'avait fait dans «Les nuits fauves», mais lui parle crûment, sans expliquer comment satisfaire une femme.) Par exemple, l'héroïne du roman (dont nous ignorons le prénom), explique que la plupart des femmes ne ressentent pas (ou peu) de plaisir à la pénétration. Elles en ressentent plus grâce aux caresses buccales. C'est un exemple, mais dans tout le livre, elle décortique les relations sexuelles, et ses remarques sont assez justes. Dans combien de romans avez-vous vu le couple s'aimer passionnément, et être comblé? Nikki Gemmell montre que ce n'est pas toujours aussi lisse. Dans ces mêmes romans où les rapports sexuels sont toujours parfaits (sauf avec quelqu'un qu'on n'aime pas ;-) ), on ne nous parle pas, par exemple, des petits inconvénients finaux, puisque l'auteur ne dit jamais que le couple a besoin de nettoyer. On se demande comment ils font! Nikki Gemmell, elle, en parle normalement. Bon, je me suis quand même demandée si elle n'exagérait pas un peu le plaisir de son héroïne lorsque Gabriel lui prodigue des caresses buccales à n'en plus finir.

Malgré une histoire assez inintéressante, il faut lire ce livre. Surtout les hommes: ils y trouveront des conseils pour satisfaire une femme. Bien sûr, il y a la solution plus simple (celle que j'applique): en discuter. Mais certains sont très frileux quant à cela. Donc, si vous voulez en apprendre plus, et n'osez pas en discuter avec les principales intéressées, au lieu de lire «Mars et Vénus sous la couette», lisez «La mariée mise à nu».

Dans la postface, Nikki Gemmell explique qu'elle voulait publier ce roman anonymement. Elle n'arrivait pas à s'exprimer librement avant d'avoir décidé de ne pas le signer. On la comprend. Il faut une bonne dose de courage pour oser affronter la critique (le public peut se montrer très puritain), avec un roman qui parle de manière si réaliste de sexe. Elle explique ensuite comment son identité a été découverte par des journalistes, et comment, finalement, le public n'a pas été si fermé qu'on aurait pu le penser.
Pour ma part, je dirais que ce qui effrayait l'auteur est justement ce qui rattrape le roman à mes yeux. ;-)

Éditeur: Au diable Vauvert.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Hélène de Carlo pour la Bibliothèque Braille Romande.

Acheter « La mariée mise à nu » sur Amazon