Prières nocturnes

L'ouvrage:
Manuel Manrique a été arrêté à Bangkok pour possession de drogue. Il est en mauvaise posture. Il clame son innocence, et promet qu'il fera ce que décidera sa soeur, Juana. Pour cela, il faut savoir où elle est. C'est ainsi que Manuel raconte son histoire à l'homme qui veut l'aider: le consul de son pays.

Critique:
Voilà un livre déroutant par plusieurs côtés. D'abord, il expose sans complaisance, sans apitoiement, mais avec justesse, la façon dont les choses se passent dans certains pays. Manuel est né et a grandi en Colombie, puis il est arrêté à Bangkok. Cela donne à l'auteur l'occasion d'exposer les rouages de ces pays: politique pour l'un, système judiciaire pour l'autre. Tout cela est assez écoeurant: corruption, esprits fermés, personnes ne faisant pas grand cas du sort d'autrui... Ce n'est pas pour autant que Santiago Gamboa sera manichéen. Il montrera d'autres personnages qui souhaitent préserver ce qui peut l'être, feront de leur mieux, même si (tout au moins pour Juana) les moyens utilisés ne sont pas toujours très propres.

Juana est justement un personnage complexe. Commençant par agir de manière tout à fait logique, elle finit par ôter ses oeillères concernant son frère. Ensuite, les choses s'enchaînent, et elle voit le monde tel qu'il est. Elle surprendra quelque peu. Mélange de cynisme et de pureté, elle comprend très vite comment mettre à profit les leçons que lui donne la vie. Elle gardera une part de mystère. Manuel et elle sont attachants.
On a l'impression que ce monde n'est pas fait pour Manuel. Il trouve vite refuge auprès des livres. J'aime d'ailleurs beaucoup le rapport qu'il a avec la lecture. D'autre part, si sa soeur s'aguerrit rapidement, il ne semble pas tirer des leçons de la vie. Il a des côtés candides, et ne semble pas prendre la mesure de ses actes. Tel un doux rêveur, il n'a qu'un objectif, et rien ne l'en fera dévier.

L'autre aspect déroutant de ce roman est sa structure. Il alterne les points de vue: jusqu'ici, rien d'extraordinaire. Cependant, les choses se compliquent quelque peu parce que le récit n'est pas forcément chronologique. De ce fait, nous connaissons certains faits puis leur cause par la suite. Ensuite, outre Manuel, Juana, et le consul, un autre personnage prend la parole: une femme dont le pseudonyme est Inter-nette. Je n'ai pas vraiment compris où elle se plaçait par rapport au reste. Elle raconte des anecdotes assez crues sur des gens de certains pays (dont la Thaïlande), anecdotes qui nous plongent souvent dans les bas-fonds de l'âme humaine. Ses interventions sont étranges, parfois proches du délire. J'ai bien une théorie sur sa place dans le texte, mais elle ne me plaît pas trop.

À un moment, j'ai eu peur que la quête du consul pour retrouver Juana soit interminable, voire infructueuse. L'auteur ne fait pas attendre son lecteur à ce propos.

Un livre rude, dont certains aspects sont désespérés, d'autres sordides, d'autres oniriques.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Métailié.

Acheter « Prières nocturnes » sur Amazon