L'appel du coucou

L'ouvrage:
Trois mois après la mort de la top modèle Lula Landry, son frère, John Bristow, demande à Cormoran Strike, détective privé, d'enquêter. La police a conclu au suicide: Lula s'est défenestrée. John, se basant sur des indices que la police a rejetés après avoir testé leur véracité, est sûr que quelqu'un l'a poussée.

Critique:
Comme beaucoup le savent, Robert Galbraith est le pseudonyme de J. K. Rowling.

L'auteur prend le temps de planter le décor, de présenter les personnages. Cela m'a moins gênée que dans «Une place à prendre» d'abord parce qu'il y avait moins de personnages à présenter. Ensuite, je me suis vite attachée aux personnages principaux (Strike et Robin). Pendant tout le livre, la romancière met l'accent sur les personnages, leur psychologie, leurs motivations. L'enquête n'est qu'un prétexte pour montrer certains milieux sociaux, certains comportements. Le point positif, c'est que cette espèce d'étude sociale est assez intéressante. Cela donne lieu à certaines scènes très vivantes et cocasses, notamment celle où (pour les besoins de l'enquête), Strike et Robin vont dans un luxueux magasin, ou bien celle où Strike cherche Rochelle. Le point négatif, c'est qu'au bout d'un moment, il y a des longueurs. L'enquête est assez banale, presque insipide. L'auteur se permet même d'utiliser la ficelle consistant à nous faire soupçonner quelqu'un qui n'est pas coupable. Certes, le début de l'enquête est original puisque le lecteur n'a pas vraiment de raisons de douter qu'il y a eu suicide. De plus, dans d'autres romans du genre, quand un policier (privé ou non) rouvre une enquête, il est convaincu qu'il y a matière à réouverture. Certains diront que la solution de l'énigme est assez tordue pour être inattendu. Pas moi. J'avoue que je l'ai assez vite imaginée. Je n'avais pas deviné le mobile, mais il n'est pas si compliqué à imaginer.
D'autre part, si certains milieux et certains personnages sont bien analysés, là encore, il y a quelques longueurs.

Strike et Robin sont les personnages auxquels on s'attachera. Strike se démarque des vieux briscards du genre, car malgré une vie qui ne fut pas facile, il n'est pas toujours en train de se lamenter comme certains policiers des romans du genre.
Lula aussi se démarque. Elle n'était pas forcément facile à vivre, mais malgré le chaos familial et les mauvais côtés de la célébrité, elle était intègre. Cela fait d'elle un personnage consistant.

Ce livre est sympathique à lire, mais il ne me laissera pas un souvenir impérissable.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Lionel Bourguet. Ce livre m'a été offert par les éditions Audiolib.
Je connaissais et j'appréciais Lionel Bourguet en tant que comédien de doublage, notamment pour la série «Life on Mars». J'ai donc été heureuse de le retrouver enregistrant un livre. Certaines parties n'étaient pas simples à interpréter sans surjouer: les personnes imbues d'elles-mêmes, par exemple. Le comédien s'en est très bien sorti. D'autre part, il a également modifié sa voix pour certains personnages, comme Ewan. Là encore, il l'a fait sans exagérer. Je regrette qu'il ait prononcé certains mots en y mettant un accent, comme «Oxford», par exemple, mais il ne l'a pas fait pour tous les mots anglophones, et son interprétation est très bonne, par ailleurs.

Acheter « L'appel du coucou » en audio sur Amazon
Acheter « L'appel du coucou » sur Amazon