Auteur : Fischer Elise

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 5 janvier 2006

L'inaccomplie, d'Elise Fischer.

L'inaccomplie L'ouvrage:
Jean Aristide a refusé le manuscrit "La femme domino", d'Eva Beaumont. Il a conseillé à Eva de retravailler son écrit, et de revenir le voir ensuite. La jeune femme est très en colère, mais elle suit ce conseil.
Nouveau rendez-vous est pris avec Jean, afin qu'elle lui remette son manuscrit.

Sur le chemin qui le mène au rendez-vous, Jean a un accident. Une femme est blessée. Avec stupeur, Jean reconnaît Eva. Il lui dit qui il est, et lui promet qu'on va la sauver. Elle répond qu'elle est Sophie, la soeur jumelle d'Eva, et lui désigne son sac, où il trouvera le manuscrit de sa soeur.

Sophie est conduite à l'hôpital, et Jean emmène le sac. Il y trouve effectivement le manuscrit de "La femme domino", mais également le journal intime de Sophie.
Le journal lui apprend que Sophie est amnésique depuis deux ans. Petit à petit, il découvre que Sophie n'est pas seulement entourée de son mari et de ses beaux-parents. Sophie est traquée par son mari. En outre, elle aime un homme d'un amour pur et absolu.

Critique:
L'histoire de Sophie est émouvante, et les découvertes que l'on fait peu à peu nous plongent, par petites touches, dans un cauchemar. Le mari de Sophie profite de son amnésie pour abuser d'elle, pour la flouer.

Pas à pas, on découvre qui est Sophie. On apprend également des choses sur sa famille. Elle recèle des secrets et un arbre généalogique compliqué. Entre parenthèses, ce livre est à lire après "La colère de Mouche", car il se passe après les faits relatés dans ce roman. Par ailleurs, le frère de Sophie lui raconte l'intrigue de ce roman, en lui expliquant un pan de la vie de leur mère. En effet, Mouche est la mère de Sophie.

De plus, ce roman est plein de mises en abymes: Mouche a écrit "Le placard", qui raconte "La colère de Mouche"; Eva a écrit "La femme domino", qui raconte l'histoire de son arrière-grand-mère, Marguerite; Jean aimerait que Sophie écrivît l'histoire de sa grand-mère, Blanche.

Je me suis un peu ennuyée pendant que l'homme qui aime Sophie lit "Lettre à l'amante perdue". C'est un très beau texte, mais enchâssé dans un roman, je l'ai trouvé un peu long.

La fin ne pouvait pas être autre. Sophie étant persuadée qu'elle avait trahi son amour (même sans le vouloir), étant sûre qu'elle ne peut plus le regarder en face, ne pensant même pas qu'il pourrait penser autrement, cela ne pouvait pas se terminer d'une autre manière pour elle.
L'épilogue est un peu dramatique... On pense que cela aussi est inévitable, mais cela fait peut-être un peu grandiloquent. Et ce n'était pas forcément inévitable. C'est un peu invraisemblable.
Mais c'est aussi très romantique, et un tel amour est tout de même exceptionnel.

Éditeur: Mazarine.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Henriette Kunzli pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « L'inaccomplie » sur Amazon

jeudi, 17 novembre 2005

Trois reines pour une couronne, d'Elise Fischer.

Trois reines pour une couronne L'auteur:
Elise Fischer est journaliste à la radio et dans la presse écrite. Elle a publié plusieurs romans, dont certains sont, en quelque sorte, à suite. C'est-à-dire qu'on peut les lire indépendamment, parce qu'ils racontent chacun l'histoire d'un membre de la famille, mais il vaut mieux les lire dans l'ordre, car certains détails sont plus compréhensibles si on lit les livres chronologiquement. Les livres en question sont: "La colère de Mouche", "Le dernier amour d'Auguste", et "Un petit carré de soie".
Je crois qu'il faut aussi lire "Mystérieuse Manon" avant "Les alliances de cristal", car ayant lu "Les alliances de cristal", j'y ai trouvé une allusion à Manon, la grand-mère de l'un des personnages. Mais comme je n'ai pas encore lu "Mystérieuse Manon", je ne peux que supposer. Cette allusion a retenu mon attention, car j'avais remarqué le goût d'Elise Fischer pour se faire croiser ses personnages, un peu à la Balzac.

L'ouvrage:
L'action se passe en Lorraine, à Champigneulles. La famille dont il est question fabrique la fameuse bière de Champigneulles. Le roman commence en 1898. Adèle, la première "reine" de ce roman, a 3 ans. Elle est heureuse, entre des parents aimants, son frère et ses soeurs. Elle devient vite la maman de substitution de sa dernière soeur, Emilienne, car Lise, leur mère, meurt de la tuberculose.
Un jour, Adèle rencontre Charles. Il sera son seul amour. Malheureusement, elle épousera Hippolyte, qui, par ce mariage "se paie une jeunette". En effet, c'est comme s'il l'avait achetée à son père, Baptiste. Il assurera les études d'Emilienne...

Charlotte, la deuxième "reine", est la fille d'Adèle. Elle s'appelle ainsi en souvenir de Charles. Charlotte connaîtra la guerre de 39-45, et se montrera héroïque, à cette occasion. Elle vivra également une passion intense avec Julien.

Louise, la fille de Charlotte, est la troisième "reine". Elle se rend bien compte que sa mère et sa grand-mère ont vécu des choses éprouvantes. Elle verra bientôt, trop tôt, que les souffrances de ces deux femmes auront des conséquences sur sa propre vie.

Critique:
Elise Fischer écrit ici une fresque familiale poignante, dans laquelle on se plonge avec bonheur. Ces trois femmes nous passionnent. Leurs caractères, les épreuves qu'elles subissent, leur force, leurs faiblesses, tout cela les rend sympathiques et attachantes.
La famille est soudée, aimante (même si Adèle reproche longtemps son mariage à son père, à juste titre, selon moi), et ses aventures sont plaisantes à suivre.

Le style et l'histoire ne sont pas du tout gnan gnan, comme cela peut être le cas dans ce genre de sagas. Le livre se lit bien.

J'avoue que je préfère Adèle et Charlotte à Louise. Il me semble que Louise a moins de consistance, moins de poids que sa mère et sa grand-mère. On dirait qu'Elise Fischer a un peu bâclé son personnage final. Le livre ne me semble pas bâclé, mais le personnage de Louise, si. Mais ce n'est peut-être qu'une impression. En effet, dans les livres qui s'étalent sur plusieurs générations, j'ai souvent tendance à préférer les parents, sauf dans "Les oiseaux se cachent pour mourir", où Justine a ma préférence.

D'autre part, la coïncidence qui fait que les trois femmes aiment les hommes de la même famille (le grand-père, le père, le fils), est un peu grosse, à mon avis.

Donc, malgré quelques petites faiblesses un peu gênantes, ce livre fait passer un bon moment.

C'est le sixième roman d'Elise Fischer que je lis. En général, elle écrit de bons romans. Celui-ci est mon préféré, mais "La colère de Mouche" et "Un petit carré de soie" touchent des choses assez importantes. Ils évoquent des traumatismes d'enfance dont on ne guérit jamais. Quant à "Les alliances de cristal", c'est également une fresque familiale très intéressante, où un grand bonheur le dispute à de très douloureux moments.
Les romans d'Elise Fischer tournent beaucoup autour de la famille. Un personnage peut assumer une souffrance qui s'étalera sur vingt ou trente ans. Il y a souvent un goût d'irrémédiable avec cette romancière, ce qui fait que même si les fins sont heureuses, elles sont teintées d'amertume.

La bibliographie qui suit a été constituée à partir d'Amazon car je n'ai pas trouvé de sites sur la romancière. Donc, elle n'est peut-être pas complète.
Pour deux ouvrages, j'ai trouvé un autre nom en plus du sien. J'en ai donc déduit qu'elle les avait écrits en collaboration avec la personne. Mais j'ai peut-être mal interprété ce que j'ai lu. Si oui, je m'en excuse.

Philippines: les enfants du mépris (avec Jean Dallais), 5 juillet 1989
Feu sur l'enfance, 1 septembre 1989
La colère de Mouche, 23 septembre 1998
Les pommes seront fameuses, cette année, 5 janvier 2000
L'inaccomplie, septembre 2000
Trois reines pour une couronne, 17 janvier 2002
Le dernier amour d'Auguste, 24 avril 2002
Les alliances de cristal, 16 janvier 2003
Un petit carré de soie, 10 septembre 2003
Mystérieuse Manon, 1 avril 2004
Le soleil des mineurs, 17 mars 2005
Nous, les mineurs: l'épopée des Gueules Noires (avec Camille Oster), 17 mars 2005
L'enfant perdu des Philippines, 2005

Éditeur: Presses de la cité.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Henriette Kunzli pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Trois reines pour une couronne » sur Amazon