Des milliards de tapis de cheveux

L'ouvrage:
Sur une petite planète, les tisseurs passent leur vie à tisser des tapis en cheveux, ceux de leurs épouses et de leurs filles. Ces tapis sont destinés au palais de l'empereur. Mais des rumeurs courent: le souverain aurait été tué. Les tisseurs et les autorités refusent d'en entendre parler, et se débarrassent des éléments gênants qui répandent la rumeur.

Critique:
Les idées développées dans ce roman sont excellentes, et savamment exploitées. Par exemple, l'auteur montre bien comment les tisseurs sont endoctrinés. Ils ont été conditionnés au culte de l'empereur depuis leur naissance, et douter de son existence remettrait leur vie en question. Leur monde s'écroulerait, leur existence serait réduite à néant: Certains ne pourraient s'adapter à l'immense changement qu'impliquerait la véracité de la «rumeur».
Les tisseurs ne sont pas les seuls personnages dont l'auteur montre, avec brio, les réactions. Diverses couches de sociétés variées sont analysées avec finesse et justesse.
Outre les réactions, l'auteur parvient facilement à immerger le lecteur dans son univers, créant des peuples et des coutumes fascinants.

D'autre part, lorsque le lecteur connaîtra les tenants et aboutissants de l'affaire, il sera à la fois surpris, désolé, et hilare. Comment ne pas s'interroger, après cette lecture, sur l'absurdité et la bêtise des hommes de pouvoir? Là encore, l'auteur frappe fort, et ce qu'il dit étant plausible, cela fait froid dans le dos...

Cependant, le roman est très morcelé, ce qui peut être déstabilisant pour le lecteur. On ne peut s'attacher à aucun personnage, car on les voit trop peu, même si on en retrouve quelques-uns au long du roman. À certains moments, j'avais le sentiment que je lisais un recueil de nouvelles qui se passaient toutes dans le même monde. Cela m'a gênée.

J'ai apprécié le style de l'auteur, à la fois délicat et direct.

Un livre remarquable par la pertinence de ses idées, mais dont la construction peut dérouter.

Éditeur: l'Atalante.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Élisabeth Duclert pour l'association Valentin Haüy.
Je n'ai pas l'orthographe exacte du nom de la lectrice, je lui présente donc mes excuses si celui-ci est mal écrit.

Acheter « Des milliards de tapis de cheveux » sur Amazon