Le jour où les chiffres ont disparu

L'ouvrage:
Les chiffres perturbent Anna. Par exemple, lorsqu'elle fait ses courses, elle vérifie plusieurs fois le ticket de caisse. Un jour, cette obsession se transforme en phobie.

Critique:
Ce court roman m'a plu, mais je l'ai trouvé inégal. Au début, j'ai été interpellée par la «maladie» d'Anna. Ensuite, j'ai trouvé très intéressant tout ce qui arrive avec l'ancienne professeur de mathématiques. Si on peut penser qu'Anna exagère, tout est nuancé. Rien n'est aussi simple que ce que veulent bien le dire les détracteurs de la jeune femme. Tout ce qui concerne cet épisode m'a intéressée, car j'ai trouvé que l'auteur avait su nuancer, jouer des codes, faire sortir le lecteur de ses préjugés, créer quelques petites surprises.

À partir du moment où Anna fait sa conférence, j'ai trouvé que tout était trop gros. Certes, l'auteur a voulu montrer un monde en mouvement, subissant une sorte de révolution. Cependant, je n'ai pas vraiment compris comment il se faisait que tout le monde écoute Anna comme si c'était le messie. Cet engouement n'est pas vraiment crédible.
D'autre part, Anna n'est pas vraiment facile à cerner. Certains de ses actes tendraient à prouver qu'elle est folle, mais d'autres montrent une certaine lucidité.
Enfin, j'ai trouvé la fin abrupte. Pour moi, elle laisse le lecteur avec certaines questions.

Apparemment, ce roman est classé à humour. J'ai dû passer à côté, car rien ne m'a fait rire... Peut-être l'auteur a-t-il voulu parodier quelque chose...

Éditeur: Albin Michel.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Monique Gay pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Le jour où les chiffres ont disparu » sur Amazon