Auteur : Dixen Victor

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi, 20 avril 2012

Le cas Jack Spark, tome 4: Printemps humain, de Victor Dixen.

Le cas Jack Spark T4

L'ouvrage:
Cent ans ont passé. Fés et humains cohabitent. Mais l'équilibre souhaité par Jack Spark menace de s'effondrer.

Jack Spark, président-mentor, dirige la fédération de Concordia.
Caleb Robespierre est policier. Il enquête sur des meurtres de Fés au sel. Étrange, étant donné que le sel est banni.
Tiago, le fils de Caleb, est adolescent. Le lycée n'est pas vraiment sa tasse de thé. Il finira par rejoindre la poignée d'insurgés qui commence à se former, pour réclamer un peu plus de justice.

Critique:
J'ai un sentiment mitigé quant à ce livre. Le plus gros reproche que je ferai est qu'il n'est pas une véritable suite aux trois autres tomes. Il commence cent ans après la fin du tome 3, et on n'apprend que partiellement ce que sont devenus les personnages auxquels nous étions attachés. Ce tome, comme le souligne l'auteur dans l'avant-propos, peut être lu indépendamment. Je pense que je l'aurais davantage apprécié si mon horizon d'attente avait été différent. Là, j'ai le sentiment d'avoir été flouée.
Le côté positif (si j'ose dire), est que les «précédemment dans Jack Spark» au début des chapitres, qui m'agaçaient, ont disparu.

L'auteur renoue avec une habitude prise dans les autres tomes: il aborde des thèmes d'actualité, et les amène finement. Par exemple, comment ne pas voir la correspondance entre le titre («Printemps humain»), la façon dont les insurgés s'organisent, et ce qui se passe depuis deux ans dans certains pays maghrébins ?
D'autre part, la façon dont tourne le monde est prévisible, mais c'est bien exploité. On se doute que la cohabitation ne fonctionnera pas, et les dérives décrites dans le roman sont de bons exemples très réalistes de la manière dont tournent les choses. Par exemple, les Fés occupent des places importantes, les humains doivent rembourser leurs crédits en flux, etc.
Outre ces thèmes, Victor Dixen glisse des allusions plus discrètes, mais bien réelles, à des faits historiques.

Il a été déroutant pour moi de frayer avec de nouveaux personnages. Cependant, les deux personnages principaux, ceux à travers qui l'histoire prend forme, sont attachants. Leurs choix, leurs indécisions, leur façon d'être... Tout cela fait que l'on s'identifie à eux. Par exemple, Caleb découvre petit à petit l'histoire de son ancêtre, ce qui influe sur la façon dont il appréhende son présent.
La structure est également intéressante: l'auteur alterne les chapitres évoquant Caleb et ceux évoquant Tiago. Cette structure est classique mais pertinente, car les éléments s'imbriquent jusqu'à la conclusion.

Il y a quand même certaines ficelles trop classiques à mon goût, comme l'espèce de coup de foudre ressenti par Tiago pour une insurgée.
Je trouve la fin un peu trop clichée. L'attitude de l'un des personnages est un peu trop grandiloquente, à mon avis.

Les annexes sont bienvenues. Le lecteur peut s'y référer s'il a un doute, surtout s'il y a longtemps qu'il a lu les autres tomes.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Jean-Claude Gawsewitch

Acheter « le cas jack spark: printemps humain » sur Amazon

lundi, 16 mai 2011

Le cas Jack Spark, tome 3: Hiver nucléaire, de Victor Dixen.

Le cas Jack Spark, Tome 3 : Hiver nucléaire

L'ouvrage:
Nous retrouvons Jack Spark et ses amis après l'attaque de la planète par les Xenotrons. Jack est désemparé suite à la disparition de Sinead.
Le monde tel qu'il est connu est en train de disparaître...

Critique:
Ayant été conquise par le tome 1, et très déçue par le tome 2, j'ai voulu savoir ce que donnait le tome 3 des aventures de Jack Spark. Je pense que ce tome séduira les amateurs de batailles à répétition et de space-opera, mais il m'a laissée froide.

D'abord, nous retrouvons les «précédemment» évoqués dans le tome 2. Au début, cela m'a semblé pertinents, car cela rappelait des événements du tome 2, ce qui rafraîchit la mémoire du lecteur qui ne va pas forcément lire la série d'une traite. Mais ensuite, comme dans le tome 2, ces passages traitent d'événements ayant eu lieu dans le volume que nous sommes en train de lire. Cela m'a donné l'impression d'être prise pour une écervelée. J'ai bien compris que c'était un parallèle avec les séries télévisées, que c'était là pour montrer de quel personnage on allait parler dans le chapitre, mais ici, je ne trouve absolument pas cela pertinent, le contexte étant différent.

De même, la présentation d'un chapitre sous forme d'articles de journal en colonne, afin de montrer les réactions des différents acteurs au même moment est un peu déroutante, et oblige à des allers-retours sur quelques pages.

En outre, certaines choses m'ont paru très prévisibles. Pour moi, le début était lent. En effet, le lecteur sait tout de suite qui est qui, qui cherche qui, qui agit ainsi et pourquoi, etc. L'absence de réelles surprises, et le fait que cela s'éternise m'a donc agacée.

Ensuite, j'ai trouvé certains rebondissements trop nombreux et trop faciles. Tel personnage passe dans tel camp pour diverses raisons, et quelques temps après, il repasse dans le camp auquel il appartenait avant. Cette façon de faire le yoyo est assez convenue, et à la longue, agaçante. Là encore, ça m'a rappelé la série «Heroes».

L'auteur tente de donner plus de corps à ses personnages en décrivant certaines choses sous forme de souvenirs. Néanmoins, ces digressions m'ont souvent paru pesantes. Peut-être étaient-elles trop nombreuses, ou trop longues, ou mal placées... toujours est-il qu'elles m'ont gênée, malgré le fait que le style est fluide, que le livre est bien écrit, et qu'on a envie de savoir comment les choses vont se dérouler.
D'un autre côté, tout cela montre des personnages qui se cherchent, pas seulement les uns les autres, mais également moralement. Chacun est encore dans l'adolescence, et tente de trouver sa personnalité. C'est une bonne chose de la part de l'auteur, car ses personnages sont plus crédibles.

J'ai trouvé une scène particulièrement ridicule. À un moment, Josh trouve une lampe. Les larves le mettent en garde: il ne faut pas frotter la lampe. Josh réfléchit pendant des heures sur ce qu'il convient de faire, et décide d'aller prendre conseil auprès d'un évêque. Il se lève, et est tellement ankylosé qu'il tombe, et... frotte sa joue contre la lampe... avec assez de force pour en faire sortir le génie!!!

Comme dans les autres tomes, l'auteur brasse différentes références: contes (pas seulement avec l'exemple que je viens d'évoquer), chevalerie, différents mondes créés par divers auteurs de fantasy... Tout cela est à la fois intéressant et un peu déroutant. Les références sont sympathiques à retrouver, mais il m'a semblé qu'il y avait trop de peuples guerroyant les uns contre les autres. Cela donne un effet de fouillis, et ça peut perdre le lecteur.

Au vu de la fin de ce volume, l'histoire pourrait s'arrêter là.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Jean-Claude Gawsewitch

Acheter « Le cas Jack Spark, Tome 3 : Hiver nucléaire » sur Amazon

mardi, 20 juillet 2010

Le cas Jack Spark, saison 2: Automne traqué, de Victor Dixen.

Le cas jack Spark T2

Voir la critique de la saison 1.

L'ouvrage:
Les six amis parviennent à s'échapper du camp de Redrock, libérant tous les «pensionnaires». Mais le docteur Krampus a réussi à les suivre.
Les six amis seront vite séparés. En outre, ils devront faire face à un danger imminent: l'attaque des xénotrons. Pour les contrer, humains et fés devraient s'unir, mais les tentatives de rapprochement échouent.

Critique:
Vous aurez sûrement remarqué que chaque tome est appelé saison. Cela évoque une série télévisée. L'auteur pousse encore la ressemblance jusqu'à mettre des «précédemment» en début de beaucoup de chapitres, comme au début d'épisodes d'une série télévisée. Cela alourdit la lecture. Le rôle des «précédemment» est de nous rappeler les épisodes ou les saisons précédents au cas où nous ne les aurions pas vus. Ici, c'est inutile.
Les «précédemment» orientent également le lecteur en lui montrant quels personnages il va retrouver dans le chapitre qu'il va lire. Je les trouve tout de même inutiles parce que d'autres livres fonctionnent en montrant différents personnages à chaque chapitre, sans que l'auteur insère des «précédemment», et le lecteur n'est pas déstabilisé.

Outre ces «précédemment», j'ai été déçue par les rebondissements. D'abord, ils sont trop spectaculaires, et souvent peu vraisemblables. Ensuite, l'auteur veut tellement créer la surprise, qu'il va de plus en plus loin, accentuant l'invraisemblance. Enfin, il utilise souvent le même genre de rebondissements, ce qui entraîne des longueurs. En effet, à force, le lecteur voit venir le rebondissement.
On ne pourra s'empêcher de faire le rapprochement avec la séries «Heroes»: mise en quarantaine, découverte soudaine de pouvoirs, prise de contrôle de l'esprit, quelques amis traîtres, certains ennemis sympathiques, et trop de retournements de situations.

Le livre s'achève, bien sûr, sur un moment plein de suspense qui, normalement, devrait plonger le lecteur dans une rage et une frustration sans limites. Soit. Mais on se doute de la manière dont pourraient tourner certaines choses. Et puis, certains seront peut-être soulagés (comme moi), d'en avoir fini avec tous ces combats et rebondissements.

Les personnages étaient attachants dans le tome 1. Ils me semblaient creusés. Dans le tome 2, ils sont asphyxiés par l'intrigue et ses multiples coups de théâtre. Ils n'ont plus de personnalité, ils sont guidés par les pouvoirs qu'ils se découvrent, par l'intrigue, par d'autres «personnages». Ils pourraient presque être interchangeables. Parfois, on retrouve un peu la personnalité de Sinead, de Josh, etc, mais de manière trop morcelée.
De plus, il est peu crédible que tout cela arrive à des adolescents.

Ayant beaucoup apprécié le tome 1, je trouve dommage que le tome 2 soit si différent. Je ne sais pas si je tenterai le tome 3.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Jean-Claude Gawsewitch dans le cadre d'un partenariat proposé par Blog-O-Book.

Acheter « Le cas jack Spark T2 » sur Amazon

Le cas Jack Spark, saison 1: Été mutant, de Victor Dixen.

Le cas jack Spark T1

L'ouvrage:
Jack Spark a quinze ans. Il est insomniaque, allergique au sel, et supporte mal le soleil. Sa mère est une fervente partisane du «manger sainement». Son grand-père, pâtissier de renom, lui envoie en douce des pâtisseries préparées spécialement sans sel pour lui. C'est également son grand-père qui a offert à Jack Quacker, son hamster épileptique.

Après un bulletin assez décevant, Jack apprend qu'il n'ira pas chez son grand-père pour l'été, mais au camp de vacances Redrock où on lui apprendra la discipline. Il est loin de s'attendre à ce qu'il va y découvrir: amitié, amour, mais aussi haine, et autre chose qui le dépasse.

Critique:
Ce livre m'a captivée. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. L'auteur a su doser ses ingrédients (aventure, humour, guerre des peuples), et a fait en sorte que le récit ne traîne pas.
J'ai peut-être exagéré en parlant d'humour, car il y en a peu, mais le livre en est parsemé. J'évoquerai, par exemple, la scène où les adolescents doivent se cacher dans le fumier, et où Ti Jean refuse parce que la saleté le rebute.
Quant aux mystères, certains seront résolus à la fin du tome 1... le plus grand de tous étant Jack lui-même.
On retrouve aussi le thème du personnage devant «affronter» des pouvoirs qu'il ne maîtrise pas. C'est un thème récurrent dans ce genre de romans (ici, cela m'a fait penser à «Darkest powers», de Kelley Armstrong), mais cela ne m'a pas paru redondant, car c'est bien exploité, et cela renforce la confusion de Jack quant à ce qu'il découvre sur lui-même.

Le thème de la différence est abordé de plusieurs façons, et même si, à un moment, on peut penser que certaines remarques sont un peu mièvres, et qu'il y a beaucoup de bons sentiments, je préfère un livre qui prône la tolérance plutôt qu'un livre qui prône l'uniformité.
C'est Jack et Josh qui représentent le mieux le thème de la tolérance.

Est bien sûr abordé le thème des enfants mal élevés ou délaissés, voire maltraités par des parents qui ne se préoccupent pas d'eux ou qui ne savent pas s'y prendre, préférant les envoyer dans un camp de vacances où on les disciplinera plutôt que de tenter de les comprendre.
Ce thème est bien exploité, car représenté sous diverses formes au travers des différents enfants que côtoie Jack.

On découvre, avec intérêt, un peuple créé par l'auteur. Je suis toujours fascinée lorsqu'un auteur parvient à m'immerger dans son univers, et à créer des peuples aux coutumes et aux habitudes diverses. Ici, cela m'a paru moins creusé que dans «Le vol des harpies», de Megan Lindholm, ou que dans «Sommeil de sang», de Serge Brussolo, mais c'est tout de même bien exploité. Et puis, peut-être est-ce encore plus fouillé dans les autres tomes.

Les personnages sont attachants, surtout nos héros. Chacun a sa particularité qui le rend drôle ou attendrissant. Certains évoluent, comme Jack et Doug. À propos de Doug, je trouve d'ailleurs que l'auteur a été plus fin que certains autres qui créent un personnage de méchant, et c'est ce personnage qui sera l'ennemi juré du bien, et surtout, du gentil personnage principal. Ici, c'est plus complexe, et c'est tant mieux.

Les parents de Jack ont l'air d'être un peu caricaturaux, surtout sa mère. Son père est trop effacé pour que j'aie pu me faire une opinion. Mais peut-être le verra-t-on plus dans les autres tomes.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Jean-Claude Gawsewitch dans le cadre d'un partenariat proposé par Blog-O-Book.

Acheter « Le cas jack Spark T1 » sur Amazon