Fais-le pour maman

L'ouvrage:
Valérie, une adolescente, est frappée au couteau. Sa mère accuse Sébastien, six ans, frère de Valérie. L'enfant corrobore cette version, mais la police, qui n'est pas dupe (il aurait été impossible que le garçonnet poignarde sa soeur de cette façon étant donné la taille de chacun), lui fait avouer qu'il n'a rien fait, et a obéi aux injonctions de sa mère qui lui demandait de se dénoncer. Sébastien n'est pas tiré d'affaire pour autant.

Critique:
Mon sentiment est mitigé quant à ce roman. Il est exempt de remplissage. L'auteur enchaîne les faits de manière fluide. Le lecteur sait très vite qui est «la femme en blanc», mais c'est voulu par l'auteur, et il fait en sorte que ce savoir ne gâche pas la lecture.
D'autre part, les personnages et les situations sont bien décrits et analysés.

François-Xavier Dillard a souhaité écrire un livre choc, qui montrerait toute l'horreur de certaines situations, tout le sordide que peut recéler l'âme humaine. Il y a réussi. Personnages torturés, situations retorses, tout est là pour surprendre, voire horrifier. Cependant, j'ai trouvé qu'il surenchérissait trop dans l'horrible. Je ne sais pas si, au final, le tout est crédible, surtout un personnage. Peut-être, mais j'ai trouvé que c'était un peu trop. La toute fin se veut spectaculaire, et contribue à pousser le lecteur davantage dans l'horreur.

L'intrigue est agencée de manière à créer le suspense: l'auteur alterne les chapitres où on voit le présent de Sébastien, ceux où c'est celui de Claire, et ceux qui racontent le passé de Sébastien. Cette structure est fréquemment utilisée. Je ne l'aime pas trop, car je la trouve artificielle. Dévoiler le passé peu à peu et en omettre volontairement certains détails qu'on ne divulgue qu'ensuite n'est pas très honnête de la part de l'auteur. Bien sûr, beaucoup font cela, mais il me semble qu'ici, c'est un peu gros.

De plus, il y a certaines incohérences. Il est étrange qu'un civil armé parvienne à sortir d'un commissariat sans rencontrer personne qui l'aurait arrêté. Il est également curieux que l'effectif dudit commissariat soit si réduit... Il y a d'autres petites incohérences qui, mises bout à bout, font que l'ensemble est un peu bancal. L'auteur a voulu tout miser sur l'horreur, et a négligé certains aspects qui auraient ancré son roman dans la réalité.
Au final, je n'ai apprécié aucun personnage. Tout au long de ma lecture, je gardais mes distances, même avec ceux qui, pourtant, auraient dû inspirer ma compassion.

Ce livre est parfait si vous souhaitez vous faire peur, plonger au fin fond de la psychologie humaine pour en explorer les plus noirs recoins. Mes réticences ne font pas que je le déconseillerai, d'autant que je sais que beaucoup de gens ne les auront pas. Je n'entre pas dans les détails, car je risquerais de dévoiler des éléments qu'il faut découvrir à la lecture.

Remarque annexe:
Le psy qui ne supporte plus la détresse de ses patients devient enseignant. La femme policier qui ne supporte plus les affaires traumatisantes devient enseignante... L'auteur verrait-il l'enseignement comme un métier tranquille? ;-)

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par Fleuve éditions

Acheter « Fais-le pour maman » sur Amazon