Dégage !

L'ouvrage:
Mino a seize ans. Sa mère et lui ont du mal à communiquer, à se comprendre.

Critique:
Ce livre n'a pas répondu à mes attentes. Je pense que je m'attendais à une analyse psychologique comme celle qu'on trouve dans «Nous», de David Nicholls. C'est-à-dire que j'aurais aimé savoir comment ont été les rapports entre Mino et sa mère depuis le début. Là, on débarque dans leur vie alors que Mino est à un âge souvent difficile, et on découvre des problèmes de communication assez clichés. Rien ne les explique vraiment... Mino semble être le stéréotype de l'adolescent: il envoie balader ceux qui ne cèdent pas à ses caprices, s'intéresse davantage à son téléphone et à son ordinateur qu'à son entourage, ne respecte pas grand-chose... Il se permet (entre autres) de jeter la nourriture au compost parce que cela ne lui plaît pas. Le pauvre chou: sa mère n'a pas mis la sauce qu'il voulait. Ce n'est qu'un exemple. Plusieurs fois, je me suis dit que si j'avais été en face de lui, je lui aurais volontiers administré une bonne paire de gifles.

D'autre part, si la mère se remet en question, elle ne le fait pas comme il le faudrait, à mon avis. Elle se pose tout un tas de question, achète un manuel écrit par un soi-disant spécialiste, et suit une formation pour les parents... Il ne faut pas être très futé pour comprendre que le spécialiste brasse beaucoup de vent. En tant que lectrice, j'ai eu envie d'aller voir cette mère et de lui dire qu'elle devait faire preuve de fermeté et définir les limites... Lorsqu'elle essaie de le faire, soit ses actes sont sapés par la grand-mère de Mino, soit elle agit en coupable. Il y a bien des moments où elle tente de poser des limites (notamment quand elle met l'ordinateur de Mino sous clé), mais elle le fait comme si elle était coupable.

En outre, la narratrice s'attarde, tourne et retourne des pensées à la limite de la philosophie... J'ai trouvé ça très lourd.

Parfois, il y a quelques moment de paix, quelques rites qui rapproche mère et fils. Cependant, cela ne m'a pas convaincue. Trouvant tout cela plat et pas vraiment solide, je n'ai pu m'attacher à aucun personnage.

Enfin, j'ai trouvé certaines choses vraiment ineptes. Par exemple, en trois secondes, un parfait inconnu parvient à savoir que l'envie de l'héroïne de posséder un poisson rouge n'est qu'un caprice. Elle aurait dû le deviner seule, tant c'était cliché! Et bien sûr, la toute fin m'a donné une impression d'inachevé. Tout ça juste pour ça...

Livre traduit de l'italien par Anaïs Bouteille-Bokobza publié le 12 mars 2015 aux éditions Denoël.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été envoyé par les éditions Denoël.

Acheter « Dégage ! » sur Amazon