Auteur : Dédéyan Marina

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 23 septembre 2013

De tempête et d'espoir, tome 2: Pondichéry, de Marina Dédéyan.

De tempête et d'espoir, Pondichéry

L'ouvrage:
Anne arrive au terme de son voyage. Elle doit maintenant tenter de retrouver son frère dans cet immense pays.

Critique:
La suite de l'histoire d'Anne de Montfort est également un roman d'aventures. L'auteur a parfaitement planté le décor dans lequel se retrouve son héroïne. À cette époque, l'Inde était un pays mystérieux, tout ce pourquoi on la connaît était nouveau pour des gens comme Anne. Marina Dédéyan réussit très bien à nous montrer tout l'exotisme du pays alors que ses personnages poursuivent leur périple. D'autre part, le contexte historique est également bien retranscrit et exploité.

L'objet de la quête étant Jean, le frère de l'héroïne, il est un peu logique que si elle le trouve, ce ne soit qu'à la fin. Cependant, j'aurais aimé que cela arrivât plus tôt, cela aurait créé un rebondissement. J'ai parfois trouvé les choses un peu lentes... Bien sûr, certains événement arrivent... L'auteur a même réussi à me piéger: à un moment, j'ai trouvé une chose très grosse, et elle l'a expliquée par la suite.

Anne m'a parfois agacée. Je comprenais ses motivations, mais son caractère emporté ne l'a pas forcément servie... Son obstination est louable, mais elle touche parfois au caprice. J'ai trouvé l'une de ses réactions (je ne peux pas dire laquelle, j'en dévoilerais trop) disproportionnée. Elle est compréhensible, mais sa virulence et sa durée ne le sont pas. De toute façon, Anne est assez extrême dans ce tome. On me dira que c'est son caractère.Certes, mais là, elle l'est un peu trop. Heureusement, elle se remet en question. Tout au long du roman, elle se demande où elle en est, ce qu'elle doit faire, comment le faire, si elle agit conformément à ce qu'elle est.

Anne et Jean ne sont pas les seuls personnages du roman: ceux que nous découvrons sont intéressants et attachants. Outre des personnalités complexes, ils représentent un pan de ce pays aux multiples facettes.

Il est dommage que l'auteur ait inventé des coups de foudre. Cela fait très cliché. Une fois qu'on s'y habitue, on apprécie ces histoires d'amour, mais je pense qu'elles auraient pu être amenées plus finement.

Le récit alterne les chapitres numérotés (le récit d'Anne) et les chapitres non-numérotés (le carnet de Jean). Tout est essentiellement rédigé au présent. J'ai préféré cette structure à celle du tome 1, car on ne devine pas quelle sera l'issue du roman.
Cette quête ressemble à un conte: Anne va d'un endroit à un autre après avoir reçu des indications de personnes qui auraient vu Jean, elle rencontre des personnes qui l'aideront... En outre, le frère et la soeur ayant été très proches, très complices, ils parviennent à deviner certaines choses concernant l'autre. Cela a un petit parfum de magie, même si cela s'explique par une grande complicité et une grande connaissance de l'autre.

Après avoir lu ce tome 2, je me demande de quoi se composera le tome 3. Pour moi, l'histoire pourrait s'arrêter là. Je n'en serai pas moins ravie de retrouver Anne et certains autres dans le tome 3.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Flammarion par l'intermédiaire de l'agence de communication Gilles Paris.

Acheter « De tempête et d'espoir, Pondichéry » sur Amazon

jeudi, 7 février 2013

De tempête et d'espoir: Saint-Malo, de Marina Dédéyan.

De tempête et d'espoir

L'ouvrage:
Bretagne, 1761.
En peu de temps, Anne de Monfort a tout perdu: ses parents sont morts après avoir dû vendre leur domaine. La jeune fille était destinée à être moniale. Cependant, elle veut partir à la recherche de son frère, Jean, qui est aux Indes depuis plusieurs années.

Critique:
Voilà un roman qui contient les ingrédients propres à captiver le lecteur. C'est d'abord un roman d'aventure. Entre le caractère d'Anne, les embûches qu'elle rencontre, le voyage dans lequel elle s'embarque, le lecteur sera emporté dans une fresque qui ne souffre pas de temps morts.
Bien sûr, on retrouvera certains topoi du genre. L'héroïne est belle et indomptable. Cependant, elle n'est pas parfaite. Au long du roman, elle se trompera, évoluera, apprendra de ses erreurs. Il est évident qu'il lui reste beaucoup de chemin à parcourir avant d'être vraiment mature. On l'entrevoit surtout par les découvertes que son voyage occasionnent. Elle est attachante, car elle fait ce qu'elle pense être bien, quitte à sacrifier certaines choses.

Ayant vu les personnages à travers les yeux de la narratrice, j'ai fatalement éprouvé les mêmes sentiments qu'elle (à peu de choses près) à leur égard. Si j'ai compris les sentiments que lui inspirait Jean-Baptiste Christy de la Pallière, j'ai su gré à l'auteur de ne pas avoir fait de lui un être absolument détestable. Il ne m'est pas vraiment sympathique, mais entre sa détermination, les faiblesses qu'il ne peut cacher, et la part de mystère qu'il garde, c'est un personnage intéressant.

À un moment, j'ai eu peur que l'auteur use d'une ficelle qu'on ne rencontre que dans les romans qui ne me plaisent pas: l'héroïne tombant éperdument amoureuse de celui qu'elle ne pouvait pas souffrir au départ. Heureusement, si certaines choses évoluent, rien n'est aussi invraisemblable, et ma lecture n'a pas été gâchée.

Marina Dédéyan use d'un style recherché, ce qui me plaît beaucoup. Cela se traduit notamment par l'emploi du passé simple et de l'imparfait du subjonctif, ainsi que de mots de vocabulaire et de tournures soutenus.
On trouve beaucoup de descriptions de lieux, de paysages. Cela pourrait être indigeste, mais ici, cela s'imbrique bien dans le récit d'Anne, contribuant à l'immersion du lecteur dans l'époque et les lieux exposés.
La romancière décrit également les moeurs de l'époque. Anne, bien que déchue, ne peut pas être aimée de quelqu'un qui ne serait pas de sa condition.
Une femme portait malheur sur un navire. Cette superstition venait sûrement du sexisme des hommes. Ce ne sont que quelques exemples.
J'ai pris un plaisir amusé à côtoyer René de Chateaubriand. Son caractère rustre, son intransigeance, sa dureté (que sa femme accepte avec stoïcisme) m'ont plutôt fait rire.

Une seule chose m'a déplu: la structure. Marina Dédéyan alterne les courts chapitres, non-numérotés, rédigés au présent (au cours desquels Anne décrit sa traversée), avec de longs chapitres numérotés rédigés au passé simple où on apprend son histoire et comment elle en est arrivée là. L'objet de la quête de la jeune fille étant ce voyage, il est un peu dommage qu'on sache dès le départ qu'elle a réussi à le faire. Ensuite, cette structure donne un aspect brouillon à l'ensemble, surtout au début. En effet, dans les premiers longs chapitres, il y a des retours en arrière expliquant telle ou telle situation. À force, on s'y perd un peu, du moins moi.
J'ai compris ce qu'avait voulu l'auteur en adoptant cette structure travaillée. Elle a peut-être pensé qu'un roman chronologique serait moins captivant, au départ.

Malgré ce désagrément mineur, j'ai hâte de découvrir la suite!

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Flammarion par l'intermédiaire de l'agence de communication Gilles Paris.

Acheter « De tempête et d'espoir - Saint-Malo » sur Amazon