Ces enfants d'ailleurs

L'ouvrage:
Pologne, seconde guerre mondiale.
Thomas est professeur dans une université. Sa famille est très unie. Ils rêvent tous d'un monde meilleur d'où la guerre serait exempte.
Jerzy, l'aîné des enfants rêve d'honorer sa famille en se battant pour son pays.
Yann et Elisabeth, les deux autres enfants, rêvent d'avoir une onfance normale, où les jeux remplaceraient la peur de l'occupant.
Sophia, la femme de Thomas, a l'espoir fou que son dernier enfant, Adam, né au coeur du chaos, représente le renouveau.

Malheureusement, les événements précipiteront la famille dans le cauchemar.

Critique:
Dans la préface, Arlette Cousture explique qu'elle a longtemps mûri ce roman, et qu'il lui tenait à coeur. Elle voulait écrire le destin d'une famille dont les membres émigreraient au Canada.

Dans l'ensemble, le livre est une réussite. Seulement, certaines choses m'ont un peu agacée. Bien sûr, nous sommes en temps de guerre, donc les protagonistes vont vivre des événements terribles. Soit. Pourtant, certains de ces événements sont peut-être un peu trop affreux... Cela en devient mélodramatique, et on en vient à être excédé plutôt qu'attendri. Je parle de tous les malheurs qui arrivent à Yann et à Elisabeth, notamment de ce qui arrive à Marek.
A propos de Yann et d'Elisabeth, les épreuves vécues les ont extrêmement rapprochés. Yann se considère comme le protecteur de sa soeur. C'est normal et logique. Seulement, est-ce moi qui ai tendance à voir le mal partout, ou Elisabeth et Yann entretiennent-ils une relation bizarre, à la limite de l'inceste? Vous allez me dire que non, puisque l'un au moins finit par trouver chaussure à son pied, (chaussure que je trouve bien terne, d'ailleurs), mais je ne peux m'empêcher de me poser cette question...

La rencontre, puis l'attachement entre Anna et Jerzy sont une heureuse diversion. Cela fait sourire le lecteur, et il retrouve ces deux personnages avec plaisir tout au long du livre. Cela le distrait des malheurs des deux autres protagonistes.
La scène où Jerzy retrouve Yann et Elisabeth est très émouvante. En outre, la personne qui orchestre ces retrouvailles se sert de leur passion commune, ce qui rend ce moment encore plus chargé en émotion.
Plus tard, le lecteur comprend les points de vue de Yann et de Jerzy quant à la famille, bien qu'ils soient opposés. Jerzy voudrait une famille unie, fière de son identité. Yann veut s'intégrer rapidement à son pays d'adoption, et pour cela, sacrifie son nom.

La fin est inattendue... C'est une fin en queue de poisson. On a envie de demander ce qui va se passer après. Arlette Cousture nous annonce quelque chose, et laisse ses personnages en plan. On se demande ce qu'ils vont faire, surtout Elisabeth. Comment agira-t-elle, le premier moment d'égarement passé? Peut-être y a-t-il un tome 2 à ce roman. En tout cas, la fin appelle une suite.

Éditeur: Albin Michel.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Evelyne Rochat pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Ces enfants d'ailleurs » sur Amazon