L'épouse modèle

L'ouvrage:
Marta Bjornstad est femme au foyer. Elle fait son possible pour être une bonne épouse et respecter à la lettre les préceptes indiqués dans «L'épouse modèle», livre offert par sa belle-mère.
Tous les jours, elle prend des pilules. Si elle ne les prenait pas, elle ne serait pas stable. Pourtant, un jour, elle cesse le traitement. Elle commence à avoir des hallucinations, mais elle décide de ne pas reprendre ses médicaments.

Critique:
Emma Chapman signe un livre dont intrigue et personnages sont solides et maîtrisés. Entre roman psychologique et énigme policière, «L'épouse modèle» ne laissera aucun répit au lecteur. On se rend vite compte que quelque chose ne va pas. La routine apparente est teintée d'un malaise sous-jacent. D'abord, on pense une chose, puis la romancière fournit d'autres informations. De ce fait, l'opinion du lecteur change... En effet, Emma Chapman distille les renseignements avec lenteur, au gré des hallucinations et des sautes d'humeur de Marta. Elle s'y entend pour mener son lecteur où elle le souhaite, elle est maîtresse dans l'art de créer un malaise confus qui s'épaissira à mesure de la lecture.

La pensée de Marta, entre lucidité, hallucinations, retours en arrière, et réminiscences de ce qu'on lui a seriné, est très bien rendue. C'est un puzzle que l'héroïne construira en même temps que le lecteur, et dont certains indices arriveront de manière inattendue.
Sans en faire trop, la romancière expose également très bien les autres personnages. S'il en est un sur lequel on n'aura aucun doute, au final, il en est un autre plus difficile à cerner. Son attitude laissera un arrière-goût d'amertume, même si certaines de ses réactions sont expliquées par les paramètres qu'il a toujours connus. Certains diront que ce personnage n'est absolument pas ambigu. Au cas où il n'aurait effectivement rien à se reprocher, le lecteur ne saurait jamais la vérité. Cependant, je privilégie la première explication, car ce que dit Marta la rend davantage plausible que l'autre.

Ce roman m'a un peu rappelé «L'étrange disparition d'Esme Lennox, de Maggie O'Farrell», même si les circonstances sont différentes. Certains éléments sont similaires. Cela ne dessert aucun des deux romans. Il n'est aucunement question de plagiat, mais de deux romancières qui exprimèrent très bien une certaine réalité, de deux femmes qui y furent confrontées, et qui y réagirent comme elles le purent.

Afficher Je dévoile certains éléments clés.Masquer Je dévoile certains éléments clés.

Si on pinaille, on peut penser qu'un bon psychiatre, par acquis de conscience, aurait dû vérifier les dires de Marta. Même si Hector a su être convaincant, il est impensable qu'un médecin digne de ce nom n'ait pas voulu vérifier.

Je suis déçue que la fin soit ainsi. Cependant, Marta n'avait pas d'autres solutions. Ou bien, il aurait fallu que quelqu'un la croie et l'aide. C'est ce que j'aurais souhaité: le récit aurait pris une autre direction. Pourtant, je comprends que l'auteur ait créé une telle fin. Elle perturbe ma préférence pour les fins heureuses (lorsqu'elles sont vraisemblables), mais elle ne détonne pas, n'est pas bâclée, et sera peut-être plus marquante (même si moins logique) qu'une fin heureuse.

À lire!

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été envoyé par les éditions Plon.

Acheter « L'épouse modèle » sur Amazon