Qui a tué Eloïse Van Hool L'ouvrage:
Une jeune fille, Héloïse, s'éveille dans une chambre d'hôpital. Elle est amnésique. On lui apprend qu'elle a tenté de se suicider. Plus tard, son père, David, vient la chercher à l'hôpital, et la ramène chez lui, donc chez elle. Au grenier, Héloïse trouve le journal que sa mère a tenu de son mariage à son départ.

Critique:
Le début est très prometteur. On pense qu'on va découvrir des secrets de famille, des malentendus, des non-dits, une intrigue palpitante... Cruelle déception! Le roman tourne essentiellement autour du cul. Je le dis volontairement grossièrement, car c'est vraiment ça. On a plus l'impression de quelque chose de sale qu'autre chose. La mère d'héloïse était une oie blanche, et est tombée très amoureuse de David, mais il n'a pas su éveiller ses sens. A la naissance d'Héloïse, David en est devenu gaga, et s'est mis à la traiter comme un objet précieux, délaissant totalement sa femme. Celle-ci, dépitée, reporte sa frustration sur Héloïse, qu'elle déteste. Elle trompe David avec son meilleur ami, Simon. Elle finira par partir, étouffée par l'amour malsain existant entre David et Héloïse. Plus tard, quand Héloïse sera adolescente, elle aussi couchera avec Simon, sans savoir que sa mère l'a précédée. (Ne lisez pas la fin du paragraphe si vous comptez lire le livre.) A la fin, on voit même Héloïse aller réveiller son père pour qu'ils fassent l'amour. Apparemment, cela leur est habituel.

Je m'attendais donc à tout autre chose qu'à ce que j'ai lu. Certes, il y a de la psychologie et des secrets de famille, mais les personnages ne sont pas attachants, et il y a beaucoup de sexe pour rien. Les personnages ne savent pas s'aimer, et ils ont tous l'air plus ou moins timbrés.

Éditeur: Zulma.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Francine Chappuis pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Qui a tué Héloïse van Hool? » sur Amazon