Auteur : Buron Nicole (de)

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 12 mars 2007

C'est fou ce qu'on voit de choses dans la vie, de Nicole de Buron.

C'est fou ce qu'on voit de choses dans la vie L'ouvrage:
La romancière nous raconte ici ses débuts dans la vie.
Sa mère ne voulait pas se marier. Le mariage était arrangé. Pour la tranquilliser, son père lui promit qu'il ferait annuler le mariage, à condition que le couple n'eût pas de rapports sexuels. L'argument pourra être la non consommation du mariage. Malheureusement, un soir de fête, le couple but plus que de raison, et c'est ainsi que Victoire, (plus tard, Nicole), fut conçue.

Elle fut d'abord élevée par ses grands-parents maternels. Ensuite, elle passa plusieurs années chez sa mère, puis elle fit plusieurs petits boulots...

Critique:
Nicole de Buron se nomme franchement, dans cet ouvrage. En général, dans ses romans, on ne sais pas si ce qu'elle nous raconte est inspiré de sa propre vie ou si elle l'invente totalement. Dans "Mon coeur, tu penses à quoi? A rien.", l'héroïne évoque tout de même son nom comme étant de Buron, tout comme le nom de la romancière.

Au détour de ce récit, Nicole de Buron raconte des anecdotes qu'elle a déjà racontées dans d'autres ouvrages. Par exemple, l'histoire des épinards a été racontée dans "Docteur, puis-je vous voir... avant 6 mois?". C'est un peu dommage, car en faisant cela, elle fait du remplissage.

A part cet inconvénient, le livre est assez réussi. Nicole de Buron arrive à nous raconter certains événements durs en restant drôle. Par exemple, à un moment, la naïve jeune fille de vingt-trois ans va demander une augmentation à son patron. Celui-ci refuse et la prend de haut, bien qu'il le lui avait promis deux ans plus tôt. Le lecteur partage la colère de l'héroïne, mais il ne peut s'empêcher de rire, grâce à la façon de raconter de celle-ci.

Il y a une scène que j'ai trouvée hilarante. C'est celle où Nicole, Alexandre, et les parents de ce dernier sont chez le notair pour convenir des modalités du contrat de mariage. Soudain, Sébastien-Marie débarque, et fait une scène. Alexandre et lui se battent. Là encore, Nicole de Buron transforme une scène stressante en un torrent de larmes... des larmes de rire!

Nous nous amusons également au récit du sadisme avec lequel Nicole se venge du plombier qui lui a posé un lapin, et plus tard, de tous ceux qui oseront agir pareillement.

Bref, à part la redondance de certaines anecdotes, ce livre est un bon moment de détente et d'amusement. On retrouve une Nicole de Buron enjouée et pétillante.

J'ai cherché une bibliographie complète de Nicole de Buron, mais je n'ai rien trouvé. Si quelqu'un en a une, ou sait où je peux en trouver une, merci de m'aider. Malheureusement, il semblerait qu'elle n'ait pas de site officiel...

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Christine Berthier pour les éditions VDB.

Acheter « C'est fou ce qu'on voit de choses dans la vie » sur Amazon

mercredi, 20 avril 2005

Mon coeur, tu penses à quoi? A rien, de Nicole de Buron.

Mon coeur tu penses à quoi ? à rien...

L'auteur:
Nicole de Buron a su conquérir le public. Elle écrit depuis longtemps. Certains de ses romans ont été adaptés à la télé, comme "Les saintes chéries", ou "C'est quoi, ce petit boulot?"

L'ouvrage:
"L'homme" vient d'être licencié. Que va-t-il faire? L'héroïne, ("vous"), lui assure qu'il va trouver plein de choses intéressantes à faire. "L'homme" commence par aller faire les courses, ce qu'il n'a jamais fait de sa vie. Il achète n'importe quoi parce que c'est en promotion. Il ne se rend pas compte qu'il prend des choses que personne n'aime dans sa famille. Étant donné qu'il a été licencié, il n'a plus droit à son appartement de fonction. Il va donc falloir déménager...

Critique:
Nicole de Buron est aussi drôle que d'habitude, je dirais même: plus... En général, l'humour prévaut, chez elle. Elle n'hésite pas à mettre quelques lourdeurs, quelques invraisemblances, pour que son livre soit drôle. Parfois, c'est un peu embêtant. Mais ce roman est une vraie réussite, à mon avis. D'abord, les situations dans lesquelles se met "l'homme" en allant faire les courses sont vraiment hilarantes. C'est peut-être un peu cliché et un peu exagéré, mais c'est tellement vrai! Ensuite, les ennuis rencontrés par la famille à cause du déménagement sont très vraisemblables aussi, tout en restant désopilants. Ici, les situations sont aussi bien amusantes que vraisemblables. En arrière-plan, l'héroïne écrit un roman policier. Il est intéressant de voir les questions qu'elle se pose ("Qui sera le coupable?" "Est-ce que je devrais plutôt mettre ce mot, au lieu de celui-ci?"...). Le lecteur ressent sa gêne lorsqu'elle est interrompue dans son travail. Cela montre bien qu'un écrivain a besoin de calme pour travailler, malgré ce qu'en pense "l'homme", et ce que pourraient penser les gens. Il y a de petites longueurs vers la fin, mais j'ai remarqué que c'était assez fréquent chez Nicole de Buron. Et il me semble qu'il y a moins de longueurs que dans certains autres de ses romans.

J'ai lu plusieurs romans de Nicole de Buron, mais aucun ne m'a autant fait rire que celui-là. En deuxième position, vient "Docteur, puis-je vous voir... avant 6 mois?".

A noter quelques incohérences dans les noms propres. Dans "Mais t'as tout pour être heureuse", la maison de campagne s'appelle la Palomière; alors que dans "Chéri, tu m'écoutes? Alors, répète ce que je viens de dire", dans "Mon coeur, tu penses à quoi? A rien", et dans "Docteur, puis-je vous voir... avant 6 mois?", elle s'appelle la Migoulette. Tout comme Petite Chérie s'appelle Joséphine, puis Alizée ensuite. Peut-être ai-je raté un roman dans lequel ces changements sont expliqués... ou peut-être est-ce vraiment des incohérences.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Christine Berthier pour les éditions VDB.

Acheter « Mon coeur tu penses à quoi ? À rien » sur Amazon