Hugh Laurie sans limite

L'ouvrage:
Ce livre est une courte biographie de l'acteur anglais Hugh Laurie.

Critique:
Généralement, je préfère les biographies écrites comme des romans et structurées chronologiquement. Celle-ci n'a pas ces deux caractéristiques. Cependant, je pense que c'est approprié. J'ai surtout lu des témoignages qui se prêtaient à une structure «romanesque». En lisant cet ouvrage, je me suis rendue compte que la biographie d'un acteur se prêtait plutôt à ce style documentaire. En effet, la structure du livre rappelle le reportage. Il n'y a pas vraiment d'effets de style. On s'attendrait à entendre ces écrits dans une émission télévisée, car c'est ce que rappelle le style: la narration est entrecoupée de citations d'Hugh et de ses amis. Chaque chapitre se termine d'ailleurs par une citation.
En outre, si l'ensemble est globalement chronologique, à l'intérieur d'un chapitre, il peut y avoir de petites allées et venues dans une période. Enfin, l'introduction est consacrée à la découverte du rôle de Gregory House par l'acteur, et par l'anecdote de sa participation au casting de la série.

J'ai aimé en savoir un peu plus sur celui que je connais surtout pour son rôle dans «Docteur House». Cela m'a permis de l'éloigner de ce personnage. J'ai découvert un homme attachant, adorant rire et faire le pitre, mais paradoxalement, ne parvenant pas à être heureux. Même s'il préfère jouer les comiques, il a su s'attaquer à plusieurs registres, et apparemment, y a excellé. Pour moi, cette capacité est la marque des véritables acteurs.
Je serais curieuse de voir la série «Vipère noire».

Il m'a plu d'apprendre qu'Hugh Laurie avait rencontré certains de ses meilleurs amis très tôt. Il est amusant de voir que ces amis appartiennent, eux aussi, au monde de la télé et/ou du cinéma: Emma Thompson, Stephen Fry, Ben Elton...
J'ai été amusée de lire qu'il ne regardait jamais ses prestations, pensant qu'il trouverait trop à redire à son jeu. Cela m'a rappelé ce que disait Pierre Charras, lorsqu'il a enregistré «Dix-neuf secondes»: en lisant à voix haute, il se rendait compte qu'il aurait peut-être dû écrire telle chose de telle autre manière, et était frustré de ne pas pouvoir se corriger.

Bien sûr, j'ai aimé toutes les anecdotes ayant trait à la série «Docteur House»: le ressenti des acteurs, les désirs des créateurs, l'évolution de la série... À un moment, il est expliqué que le personnage de Gregory House présente certaines similitudes avec celui de Sherlock Holmes. Je n'y aurais jamais pensé, mais ce n'est pas faux.

Malgré ces côtés plaisants, j'ai tout de même un reproche. J'ai trouvé tout cela très convenu. Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais. Je ne sais toujours pas si ma petite déception vient du style, de la façon dont sont racontées les choses, ou des choses en elles-mêmes... J'ai l'impression que le livre n'est pas assez vivant, mais je ne sais pas comment je l'aurais tourné pour qu'il le soit davantage.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par mon mari.
Ce livre m'a été offert par les éditions Albin Michel

Acheter « Hugh Laurie sans limite » sur Amazon