L'appel de la lune

L'ouvrage:
Mercy Thompson est garagiste. Un jour, un jeune homme a l'air un peu désorienté se présente dans son garage et lui demande du travail. Sentant sa détresse, elle l'embauche. Plus tard, elle surprend une conversation téléphonique dans laquelle il jure ne pas avoir tué sa petite amie. Ayant deviné que c'est un loup garou, Mercy imagine qu'il ne contrôle pas encore son côté animal. Elle le convainc de demander de l'aide à Adam Halpman, l'alfa de la ville. C'est alors que les choses se gâtent...

Critique:
Je me méfie un peu de ce genre parce que beaucoup de filles se pâment d'admiration devant tous ces romans qui pullulent, mais aussi, justement à cause de la prolifération de ces ouvrages. Je suis bien tombée en choisissant Patricia Briggs.

J'ai d'abord aimé que rien ne soit spectaculaire. S'il y a des combats, si on doit se changer en animal, cela va parfaitement à l'histoire. J'ai aussi apprécié qu'on commence avec quelque chose, et que le reste devienne totalement différent. J'ai trouvé quelques longueurs au chapitre 10, mais elles ne sont pas si gênantes.
L'énigme peut paraître banale, mais parachutée dans ce monde que le lecteur apprend à connaître, elle est intéressante.

Outre une histoire à énigme réussie, l'auteur aborde certains thèmes en profondeur. J'ai adoré me plonger dans ce monde où les espèces se côtoient, ont des codes, des a priori sur les autres espèces, certains sens plus développés... Si les loups garous ont certains avantages à être ainsi, ils ont aussi des inconvénients, comme le souligne cruellement, mais pertinemment, l'auteur.
Pour leur enquête, les loups garous ont dû frayer avec les vampires, et cela ne les a pas réjouis, justement à cause de leurs a priori. Ils ont pu voir (comme le leur disait Mercy), que si les vampires sont comme ci ou comme ça, on pouvait avoir confiance en Stephen, son ami.
J'ai ri parce qu'Adam et Samuel se montrent un peu macho parfois. Mercy dit que ça tient à leur espèce. Je trouve que l'auteur a eu raison d'imaginer ce trait de caractère aux loups garous.

Les personnages sont intéressants, mais c'est surtout sur Mercy que je m'attarderai. C'est l'héroïne, donc elle est sympathique au lecteur. J'ai particulièrement aimé son indépendance. Elle ne veut compter sur aucune espèce. Cela la rend moins perméable aux préjugés. Elle côtoie untel parce qu'il est son ami, pas parce qu'il est vampire ou loup garou.
Cette enquête permet au lecteur de découvrir le passé de la jeune femme, et étant donnée la tournure que prend la fin du tome 1, on sera impatient de savoir quel chemin prendra sa vie sentimentale. (À ce sujet, j'espère qu'elle n'hésitera pas pendant toute la série. En disant cela, je pense à Stéphanie Plum, l'héroïne de Janet Evanovich. Je n'ai lu que le tome 1 de ses aventures, mais j'ai entendu une interview de l'auteur à propos du tome 15 ou 16 dans laquelle elle expliquait que Stéphanie ne choisirait jamais, et que c'était justement ce qui était sympathique. Pour moi, c'était plutôt lourd.)
Patricia Briggs ne crée pas une situation mièvre quant à la vie sentimentale de son héroïne. Les choses sont dites simplement, et on n'a pas l'impression d'être dans un mauvais roman à l'eau de rose.

Éditeur français: Milady.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Lorelei King pour les éditions Penguin Audio
Lorelei King a une voix agréable, et son jeu est approprié. Je regrette qu'elle prenne un accent pseudo-transylvanien (je suppose que c'est ce qu'elle tente de faire) pour les vampires. D'abord, c'est très cliché, et en plus, c'est désagréable!

Note: En général, je préfère mettre les chroniques d'une série la même semaine. Cependant, je ne sais pas quand (ni même si) je lirai la suite des aventures de Mercy Thompson. Je mets donc cette chronique en ligne.

Acheter « Mercy Thompson, tome 1: L'appel de la lune » sur Amazon