Chercheur d'étoiles

L'ouvrage:
Voilà deux ans que le père de Luke Stanton est mort d'un cancer. Depuis, le jeune garçon se cherche. Par désoeuvrement, il s'est mis à fréquenter une bande de garçons peu recommandables. Voilà que ceux-ci veulent cambrioler le manoir où une vieille femme, madame Petit, vit en recluse. Julien Skiner, le chef de la bande, est persuadé que la vieille dame possède une boîte à bijoux.
C'est dans cette maison que Luke entend les pleurs d'une enfant.

Critique:
Je n'ai pas pu lâcher ce roman: dès le début, le lecteur est happé par l'histoire et les personnages. Ce jeune garçon qui a du mal à communiquer, qui a choisi une mauvaise voie, qui a du mal à en sortir, mais qui souhaite s'en tirer seul ne pourra que toucher le lecteur. Il ne suscitera pas toujours la bienveillance, mais il est très facile de comprendre comment et pourquoi il s'est retrouvé dans cette situation. Et puis, sa passion pour la nature et la musique, sa volonté d'aider les autres, le rendent sympathique.

Kirsty, la mère de Luke est également un personnage dont la psychologie est très bien décrite. Elle voudrait sortir son fils du marasme, voudrait qu'il se libère du poids qui l'oppresse, le comprend, même lorsqu'il agit mal et qu'elle est à bout de nerfs. Si la communication est difficile entre eux, Kirsty parvient assez souvent à trouver une façon d'atteindre Luke, même brièvement, et de retrouver leur complicité.

Outre des personnages bien décrits, l'histoire est passionnante. Il est des choses que j'aurais dû deviner, et pourtant, je n'ai rien vu venir. J'aime beaucoup qu'un auteur me prenne en défaut!
À un moment, j'ai cru trouver deux incohérences, mais Tim Bowler a été plus fin que moi qui me suis engluée dans un raisonnement erroné.
Si on pinaille, on peut trouver un peu gros certains éléments des derniers chapitres, notamment le fait qu'un homme mal en point parvienne à administrer les premiers secours, mais après tout, pourquoi pas? On peut aussi se demander ce qu'il se passera lorsque certains seront libres... Cette question reste en suspens.

J'ai aimé la sensibilité avec laquelle l'auteur parle de la musique. Il la voit comme une porte merveilleuse qui donne accès à de pures délices, la clé d'énigmes, la formule magique qui permettra à Luke de s'exprimer. Il est vrai qu'un morceau aimé ou susceptible de l'être aura toujours un effet bénéfique sur celui qui l'écoute. Comme dans ce roman, la musique est souvent source de souvenirs.
L'auteur exhorte également son lecteur à prendre le temps d'écouter le monde. Bien sûr, nous n'avons pas les capacités de Luke, mais peut-être avons-nous, nous aussi, une chanson intérieure, et il existe certains bruits de la nature que nous pouvons percevoir.

Éditeur: Pocket jeunesse.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Henriette Kunzli pour la Bibliothèque Sonore Romande.
Cette lectrice ne cabotine jamais. Ici, tout en restant sobre, elle a su mettre la dose de sensibilité nécessaire.

Acheter « Chercheur d'étoiles » sur Amazon