La planète des singes

L'ouvrage:
Futur.
Un couple prenant des vacances et voyageant dans l'espace découvre une bouteille contenant un manuscrit. Un journaliste y raconte comment ses compagnons et lui abordèrent une planète de l'étoile Bételgeuse. Ils y rencontrèrent d'autres hommes, mais ceux-ci ne semblaient pas très évolués. Le narrateur et ses compagnons iront de découvertes en surprises.

Critique:
Ce roman a été écrit en 1963. Ce qui y est raconté pourrait se passer n'importe quand. L'histoire est intemporelle, réaliste, bien pensée.

L'auteur montre une catégorie animale agissant envers l'homme comme le fait celui-ci en réalité. C'est une manière judicieuse de forcer l'homme à l'empathie. Cela va lui paraître détestable car sa race est touchée, mais cela ne le dérange pas d'infliger ces choses à des animaux.

D'autre part, si l'homme s'est laissé assujettir, c'est parce qu'il a toujours eu une haute opinion de lui-même: rien ne pouvait le supplanter. N'étant pas préparé, souffrant de vanité et de fainéantise aiguë, l'homme n'a pu se révolter. Voilà encore une façon d'aborder les choses terriblement réaliste et actuelle!

Tout au long du roman, la mise en situation est ainsi: juste, fine, démontrée par de multiples exemples très bien choisis, qui ne manqueront pas de frapper le lecteur. Cette pertinence est une des raisons pour laquelle l'intrigue ne souffre ni de temps morts ni d'incohérences. Entre péripéties, fluidité du style et justesse du propos, le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer! À chaque nouvel élément, les réactions des uns et des autres sont logiques.

Les personnages sont creusés puisque leurs attitudes décrivent un comportement très réalistes. Même ceux qui ressemblent à des caricatures ont été brossés ainsi à dessein. En effet, eux aussi décrivent une certaine société dont il serait vain de nier l'existence... sur Terre, parmi les hommes. ;-)

Afficher Je dévoile un pan de l'intrigue.Masquer Je dévoile un pan de l'intrigue.

Si on pinaille, on trouve une incohérence. Ulysse est content que son fils parle. Or, la parole n'est pas innée: il faut que l'enfant entende parler autour de lui, soit stimulé. Or, les premiers mois de sa vie, il est dans sa cage avec sa mère qui ne parle pas. On peut penser qu'il entend parler les singes, mais ceux-ci doivent peut le faire devant lui.

Remarque annexe:
Le journaliste héros de l'histoire s'appelle Ulysse. Serait-ce un clin d'oeil au héros de «L'odyssée»? Celui-ci fit également un long voyage semé d'embûches dont certaines furent capture et assujettissement.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Bernard Gabay.
Ce livre m'a été envoyé par les éditions Audiolib.
J'apprécie Bernard Gabay en tant que comédien de doublage. J'ai été ravie que les éditions Audiolib lui confient l'enregistrement de ce roman. Son jeu est naturel, il nous conte cette histoire comme si elle avait été écrite pour être dite, ce qui, à mon avis, est approprié au style et à la teneur du texte. Il ne modifie pas vraiment sa voix pour les personnages, il n'en a pas besoin pour rendre sa lecture vivante et percutante. J'espère que l'éditeur lui demandera d'enregistrer d'autres romans.

Acheter « La planète des singes » en audio sur Amazon
Acheter « La planète des singes » sur Amazon