La singulière tristesse du gâteau au citron

L'ouvrage:
À neuf ans, Rose goûte un gâteau au citron préparé par sa mère. Alors que tous le trouve bon, elle y ressent quelque chose de vide. À partir de ce jour, tout ce que goûte Rose est plein de «sentiments». Avec l'aide d'un ami, elle finit par comprendre ce qui lui arrive...

Critique:
L'idée de départ est originale et sympathique, même si cela ne l'est pas pour l'héroïne. D'abord, le lecteur se mettra fatalement à sa place, et comprendra vite comme sa situation est inconfortable!

Il fallait faire durer l'idée sans enliser le roman. L'auteur y a partiellement réussi en créant d'autres particularités à cette famille d'apparence normale. Au début, on s'attache à ces personnages qui ont du mal à communiquer, et dont certains le font par d'étranges biais. Il y a même des moments amusants: quand Rose goûte la tartine préparée par son frère, quand elle va dans la boulangerie avec George... Cependant, par la suite, cela retombe un peu. Les personnages gardent leur étrangeté, mais deviennent moins attachants. C'est surtout la mère de l'héroïne qui m'agace. Elle fait bien sentir qu'elle préfère l'un de ses enfants, elle n'est pas heureuse et comble cela de la pire manière qui soit... Bien sûr, chacun fait comme il peut, et prend ce qu'il peut de la vie, mais cette mère n'a pas su m'émouvoir. Même lorsqu'elle s'inquiète pour l'un de ses enfants, ce n'est pas elle qui va s'assurer qu'il va bien. Elle ne sait qu'alarmer tout le monde en pleurnichant.
Je lui préfère de loin son mari et l'énigmatique Joseph. J'ai compris leurs actes, même si je ne les ai pas toujours approuvés. En outre, Rose trouve parfois quelques brèches par lesquelles s'engouffrer pour communiquer avec eux.

Ensuite, je n'ai pas compris certains choix de l'héroïne, notamment ses sentiments compliqués vis-à-vis de George. Elle se raccroche à lui car il est le seul à lui montrer sincèrement de l'affection et à la comprendre. Je n'ai pas vraiment compris pourquoi elle louvoyait concernant ce qu'elle ressentait pour lui.

Peut-être m'attendais-je à une histoire plus gaie, moins ordinaire, compte tenu de la manière dont elle commence. Peut-être aussi l'histoire s'étale-t-elle sur trop de temps pour un livre si court. Dans l'ensemble, le roman m'a plu, mais il m'a semblé que passée la surprise de départ, cela retombait un peu.

Éditeur: éditions de l'Olivier.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Élisabeth Duclert pour l'association Valentin Haüy.
J'ai été contente de retrouver cette lectrice à l'intonation juste et à la voix agréable.

Acheter « La singulière tristesse du gâteau au citron » sur Amazon