Une fille, qui danse

L'ouvrage:
Tony est adolescent. Il fait partie d'une bande de copains. Il a une petite amie, Véronica. Mais elle rompt avec lui. Plus tard, il apprend qu'elle sort avec l'un de ses amis, Adrian.

Critique:
Pour moi, ce livre n'a pas tenu ses promesses. Je l'ai d'abord trouvé très lent. L'auteur prend le temps de présenter décor et personnages, ce qui n'est pas une mauvaise chose. Mais ensuite, il crée une énigme qu'il développe, étale, fait durer... trop longtemps. Il révèle ceci, puis le narrateur réfléchit, d'autres événements arrivent montrant qu'il n'a pas compris, alors l'auteur révèle cela, etc. Le schéma se répète et le résultat n'est pas forcément à la hauteur. Peut-être cela vient-il en partie de ce que le lecteur devine avant le narrateur... Mais certains personnages (Adrian, Véronica) compliquent les choses, se font une tragédie d'événements dont ils sont responsables, surtout Adrian. C'est, pour moi, une manière de se morfondre et de demander aux autres de s'apitoyer sur son sort. Certes, la situation ne fut pas simple, mais pourquoi la compliquer et la dramatiser à outrance? Et puis, ce jeu du chat et de la souris auquel joue Véronica est inutile.

Certaines choses sont plaisantes: le début est plein de verve. De plus, Tony se remet réellement en question, l'écriture est fluide. Les conversations entre certains protagonistes (la bande d'amis, Tony et Margaret) sont intéressantes.

Éditeur: Mercure de France.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Bertrand Baumann pour la Bibliothèque Sonore Romande.
J'ai fini ce livre parce qu'il avait été enregistré par Bertrand Baumann. En effet, le lecteur a su adopter un ton adéquat. Il aurait été très facile de lire ce livre de manière monotone, ce qui aurait accentué mon ennui. Heureusement, le lecteur n'a pas fait cela.

Acheter « Une fille, qui danse » sur Amazon