Chroniques d'un coeur d'artichaut

L'ouvrage:
Le jour de ses quarante ans, Lisa part pour l'Italie. Elle va sur la tombe de son premier amour.

Critique:
Ce court roman raconte quelques jours de la vie de certaines personnes gravitant plus ou moins autour de Lisa. Il y a son mari (Tristan), ses enfants (Max et Lucie), la voisine (Astrid), son fils (Jean-Louis), etc. Claude-Inga Barbey a su créer des personnages sympathiques, certains parce qu'ils sont originaux, d'autres parce qu'ils le sont moins. Par exemple, Lucie ne se comporte pas vraiment comme une adolescente. J'ai trouvé cela rafraîchissant.
Un parallèle est fait entre Tristan et Jean-Louis. Chacun souffre, à sa manière, du regard des autres. Chacun nous force à bousculer nos clichés.

La romancière évoque certains sujets graves avec humour. par exemple, Eugène, surnommé (à juste titre) le Chacal, travaille sur une idée d'émission de téléréalité dont le concept est très intéressant: confronter des gens à leurs vices et voir combien de temps ils tiennent sans les assouvir. les exemples qu'il donne sont cocasses d'abord à cause des situations évoquées, mais également parce que le Chacal n'est pas si loin de ce qui pourrait être imaginé dans la réalité. D'ailleurs, peut-être une émission de ce type existe-t-elle...
À côté de cela, Tristan anime une émission de radio où il écoute les problèmes des gens. Au moment où se déroule le roman, il tombe sur un auditeur assez étrange qui suscitera également l'hilarité du lecteur, malgré ou à cause de la gravité de ce qu'il expose.

Claude-Inga Barbey provoque également le rire en caricaturant (mais si peu) certaines choses comme les appels téléphoniques où on est ballotté de part et d'autre, les guichets où on fait la queue à n'en plus finir et dont les règlements sont obscurs et peu sensés, etc.

Il m'a plu de suivre ce petit monde dans ses aventures et déboires. J'ai moins adhéré aux passages où on voit lisa. J'ai compris qu'elle se posait des questions, était effrayée... J'ai compris ses peurs, mais il m'a semblé que Lisa trouvait moins sa place que les autres, dans ce roman. Elle marque une parenthèse en s'absentant pour réfléchir, et j'ai ressenti cet éloignement. Elle m'a moins intéressée que les autres. Cette remarque n'est pas forcément un reproche. Les passages où on voit Lisa jouent sur un registre différent: plus grave sans hilarité. De ce fait, cela peut être un peu déroutant, mais pas désagréable.

Un livre sympathique, frais, enlevé, qui fait également un peu réfléchir.

Éditeur: Éditions d'autre part
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jacqueline Duperret pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Chroniques d'un coeur d'artichaut » sur Amazon