Prochain arrêt le paradis L'ouvrage:
La famille Applebaum se rend à la barmitzva de Rebecca. Sophie, douze ans, sait qu'elle va s'ennuyer mortellement. C'est décidé: Sophie, elle, n'aura pas de barmitzva. Et elle ne prendra pas de cours d'hébreu.
Son père lui demande d'essayer tout de même les cours d'hébreu. Si elle n'aime pas, au bout d'un moment, elle n'ira plus. Sophie cède. Elle passe presque tous les cours à discuter dans les toilettes avec une fille qui sèche.

Ensuite, Sophie va à l'université. Elle a une très bonne amie avec qui elle discute, sort, etc. Cette amie a un copain, puis un autre...

Puis Sophie cherche un travail. Elle voudrait être secrétaire dans une maison d'éditions. Malheureusement, elle ne tape pas très vite à la machine. Nous assistons à son combat pour passer de neuf mots à la minute à quarante-cinq mots à la minute. Elle trouve un travail...

Critique:
C'est le deuxième livre de Melissa Bank que je lis. Ce qui m'avait déplu dans "Manuel de chasse et de pêche à l'usage des filles" a été réemployé ici par la romancière. C'est-à-dire qu'à chaque chapitre, on saute dans le temps. Dans le chapitre 1, Sophie a douze ans, dans le 2, elle a dix-huit ans, puis vingt-deux, etc. Pendant tout un chapitre, nous sommes plongés dans un moment de sa vie, puis au chapitre suivant, nous sautons quelques années, et tout a changé. Nous sommes obligés de deviner ce qui s'est passé. Je n'aime pas cette façon d'écrire. Il me semble que c'est superficiel. On ne voit pas vraiment les personnages évoluer. De ce fait, ils ont l'air sans épaisseur, du moins à mes yeux.

Ici, au début, nous nous attachons à la famille de Sophie. Son petit frère, Robert, nous fait rire, à essayer de convaincre ses parents d'arrêter de fumer. Sa mère évoque un peu celle de Bridget Jones. Son grand frère, Jack, nous est sympathique. Ensuite, il me semble que les personnages sont moins forts, On les voit, figés, à certaines périodes de leurs vies, et ils ne me convainquent pas vraiment. Pourtant, Melissa Bank décrit ici les aléas de la vie: la jeune fille cherchant un travail, ayant un petit ami, puis se séparant de son petit ami, tombant amoureuse d'un autre homme, se disputant avec une amie... Les situations décrites sont très réalistes. Par exemple, Robert a une petite amie fanatique, donc détestable. Jack n'arrive pas à se fixer avec une fille, et certaines de ses histoires d'amour sont orageuses.
Malgré cette vraisemblance, malgré des personnages ressemblant à monsieur et madame tout le monde, qui, de ce fait, devraient inciter le lecteur à s'identifier à eux, je n'ai pas tellement aimé ce livre. Je pense que c'est à cause du fait qu'on voit des périodes de vie, avec plusieurs années entre ces périodes. Il est également pénible que Sophie ait un petit ami différent à chaque chapitre. On comprend qu'elle ne trouve pas l'âme soeur en un claquement de doigts, mais on dirait qu'elle change de copains comme de chaussettes. Cette impression est due à cette succession de moments éloignés dans le temps, mais on dirait qu'elle a pas mal de chéris quand même...

La fin est sympathique... C'est une note d'espoir. Sophie nous a montré quelques tranches de sa vie, et à la fin, elle fait le point. Sa constatation fait plaisir.

Je ne sais pas si je donnerai une autre chance à Melissa Bank, car apparemment, elle construit tous ses romans de la même façon. Mais si vous n'êtes pas gênés par cela, vous ne trouverez pas que cette façon de faire a un côté superficiel, et le livre vous plaira.

Éditeur: Payot et Rivages.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Sandrine Strobino pour la Bibliothèque Sonore Romande.

Acheter « Prochain arrêt le paradis » sur Amazon