Deep Dish

Note: Il semblerait que ce roman ne soit pas sorti en français.

L'ouvrage:
Regina Foxten anime une émission de cuisine («Fresh start»), produite par Scott, de qui elle est la maîtresse. L'émission est brutalement annulée, alors qu'elle bénéficie d'une bonne audience. Lorsque Gina apprend que c'est parce que Scott a couché avec la femme du patron, sa colère est incommensurable.

C'est à ce moment qu'une opportunité s'offre à elle. Le patron d'une chaîne concurrente est intéressé par son émission, et souhaiterait qu'elle en anime une sur sa chaîne. Seulement, il aime aussi beaucoup l'émission de cuisine de Tate Moody. Il faut départager Tate et Gina pour savoir lequel aura l'honneur de présenter l'émission. Ils vont donc animer, chacun son tour, une émission de cuisine, et un jury déterminera lequel est le meilleur.

Critique:
J'ai lu ce livre sans savoir de quoi il parlait. Je l'ai lu pour une seule raison: j'aime beaucoup la lectrice qui l'a enregistré. Je n'ai pas édé déçue de ce coup de dés. Le livre est assez long, mais il n'y a pas de longueurs. On me dira que certaines choses sont prévisibles. Peut-être, mais elles ne le sont pas dès le départ. Quant à savoir qui va gagner le concours, on se doute de l'issue de l'intrigue, mais on ne la voit pas tout de suite.
En ce qui concerne l'histoire d'amour, elle n'est pas trop mal amenée. Je ne l'ai pas vue venir trop tôt, elle n'arrive pas comme un cheveu sur la soupe.

Ce qui me rend plus indulgente, c'est que le rire est très présent. Il est provoqué par certaines situations et certains personnages. Par exemple, le personnage de Lisa suscite souvent le rire, soit par des actes volontaires, soit parce que le lecteur rit un peu de ce qui lui arrive, même si ce n'est pas drôle pour elle. Lisa est le personnage qui représente le plus le rire. Pour moi, c'est un personnage essentiel du roman. Elle détend l'atmosphère, est clairvoyante, protège sa grande soeur... et c'est elle qui finit par lui ouvrir les yeux.
La scène où elle a le mal de mer, et finit par vomir sur Scott est hilarante pour plusieurs raisons. d'abord parce que Scott n'est pas sympathique au lecteur, et ensuite parce qu'on est tous un peu primaire: du vomi sur un costume, ça fait toujours rire, surtout quand cela arrive aux autres.

L'esthéticien de Gina est, lui aussi, un personnage qui provoque le rire. Il est peut-être un peu caricatural, surtout quand il s'indigne en apprenant ce qu'utilise Tate pour se raser, mais il est drôle et sympathique.

Le personnage de la mère de Gina et Lisa est également amusant. L'amusement du lecteur se teinte d'agacement, car ce personnage est lourd. C'est le but, et c'est ce qui le rend drôle, mais j'ai trouvé que c'était un peu trop.

Nombre de scènes font rire le lecteur: la scène où Moonpie casse une caméra et le quiproquo qui a lieu entre Tate et Gina à cette occasion, la scène de la photo, la scène de l'arrivée fracassante de la mère de nos deux héroïnes, et bien d'autres. D'une manière générale, l'ambiance du livre m'a fait penser à la série «30 rock». Peut-être parce que les deux se passent à la télé. Bien sûr, «30 rock» est plus déjantée que ce livre, mais certaines scènes pourraient s'y trouver.
D'autre part, je pense qu'on pourrait faire un film assez réussi de ce livre, car certaines scènes, à mon avis, vaudraient la peine d'être vues. Ne me tenant pas au courant de l'actualité cinématographique, je parle au conditionnel, mais peut-être le film existe-t-il déjà.

Bref, c'est un livre qui détend, une comédie avec laquelle on passe un bon moment.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Julia Gibson pour les éditions Recorded Books.
J'aime beaucoup Julia Gibson. Elle joue juste, ne fait pas de manières, et parvient à faire des voix un peu différentes pour certains personnages sans que cela soit du cabotinage.

Acheter « Deep Fish » en audio Anglais sur Amazon