Profanation

L'ouvrage:
Le département V hérite d'une affaire datant de 1987: deux adolescents sauvagement assassinés. À l'époque, une bande d'adolescents a été soupçonnée, puis blanchie. Neuf ans après les faits, quelqu'un a avoué. Il purge actuellement sa peine. Cependant, certains sont sûrs que les assassins courent toujours.

Critique:
Ayant adoré «Miséricorde», j'attendais peut-être trop de «Profanation». En effet, j'ai eu du mal à entrer dedans. L'auteur a accumulé certaines choses qui me déplaisent.

D'abord, le lecteur sait très vite qui est responsable de la mort des deux jeunes gens. Il n'y a donc pas vraiment de suspense de ce côté-là. On me dira que l'intérêt réside dans la psychologie des personnages et dans le fait qu'on se demande comment les «méchants» vont être attrapés. Certes, mais l'absence de ce suspense m'a gênée.

D'autre part, dans «Miséricorde», Jussi Adler-Olsen renouvelait le genre avec ses personnages atypiques et une enquête dont certains éléments la sortaient du lot. J'ai retrouvé avec plaisir Carl et Assad. Leurs méthodes quelques peu étranges sont toujours aussi rafraîchissantes. J'ai même apprécié l'introduction d'un élément perturbateur dans leur duo. Cependant, il m'a semblé que l'enquête reprenait des thèmes par trop abordés par divers auteurs de romans policiers: enfance maltraitée, sadisme à l'état pur, personnages abîmés... Les auteurs savent que ces thèmes feront toujours vibrer une corde chez les lecteurs, tant ils sont sensibles. De ce fait, ils sont tellement abordés qu'ils vont finir par être galvaudés. En outre, cela m'a déçue de Jussi Adler-Olsen, qui avait si bien su me surprendre.

Le romancier a voulu montrer que parmi les bourreaux, on pouvait comprendre pourquoi certains (un personnage en particulier) avait basculé. Ce personnage, malgré ses crimes, se démarque des autres, et si on ne l'excuse en aucun cas, on comprend ce qui l'a rendu ainsi. On aurait mal tourné à moins. Carl et Assad finiront, eux aussi, par éprouver de la compassion pour cet être maintes fois malmené, par des personnes sans scrupules ni coeur. C'est une réussite de l'auteur: il nous présente un personnage terrible, qui s'est rendu coupable d'atroces crimes, et parvient à éveiller la compassion à son propos.

L'auteur a su créer un rebondissement qui m'a déroutée. Je parle de l'épisode du Trivial Poursuite. Je pensais qu'il l'éluciderait par quelque chose de très compliqué qui serait tiré par les cheveux. En fait, c'est très simple et astucieux, puisque je ne l'avais pas deviné.

En revanche, les autres bourreaux (surtout un) sont d'une cruauté et d'un sadisme qui mettent extrêmement mal à l'aise.

En parallèle, le lecteur retrouvera celui qui était le coéquipier de Carl avant d'atterrir dans un lit d'hôpital. Il faut avoir lu «Miséricorde» pour bien comprendre ce pan de l'histoire.

J'ai trouvé dommage que l'auteur introduise un prologue qui se passe presque à la fin de l'aventure. Comme je l'ai dit plusieurs fois, je n'aime pas ce procédé artificiel qui, au lieu de me faire baver de convoitise, me fait soupirer d'ennui.

Malgré ma déception, je lirai le tome 3 s'il sort en audio, car les deux personnages récurrent me passionnent toujours!

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Julien Chatelet.
Ce livre m'a été envoyé par les éditions Audiolib.
C'est Éric Herson-Macarel qui a lu le tome 1. Aimant beaucoup ses interprétations, j'ai été un peu déçue qu'il ne poursuive pas la série. Cependant, la maison d'éditions l'a remplacé par un comédien tout aussi talentueux. Julien Chatelet n'a eu aucun mal à entrer dans la peau des personnages récurrents. Comme d'habitude, son jeu est subtil. Je pense que certains passages de ce roman n'ont pas dû être faciles à lire avec la dose de jeu nécessaire, mais sans exagération. Entre l'étalage du sadisme de certains bourreaux (qu'il est dur de lire sans frémir, même avec de la préparation) et la complexité de l'autre (ce personnage est sûrement le plus difficile à interpréter), le comédien avait fort à faire.

Acheter « Profanation » en audio sur Amazon
Acheter « Profanation » sur Amazon