Memory

L'ouvrage:
La policière Jeanne Ricœur vient de perdre son père. Sa mère est morte quelques années auparavant. C'est alors que son supérieur l'envoie sur une étrange affaire: le patient d'une clinique a été retrouvé pendu. Il y a des témoins. Seulement, ces témoins n'ont que cinq minutes de mémoire immédiate.

Critique:
Avec une accroche pareille, ce roman ne pouvait que m'intriguer et me tenter. Il a partiellement été à la hauteur de mes attentes. Bien sûr, avec un tel début, l'auteur fait un pari assez difficile. Comment élucider l'affaire, maintenant? C'est cette partie qui, à mon avis, est bien maîtrisée. Certains pinailleront peut-être, et diront que le lecteur devine très vite que quelque chose de ce genre est arrivé. Certes, mais de toute façon, le romancier ne pouvait pas s'en sortir autrement, et je préfère qu'il ait fait cela plutôt que quelque chose d'invraisemblable. De plus, si une partie de la solution est évidente, il manque des pièces au lecteur, pièces que l'auteur dévoile à propos.

Je pinaillerai surtout sur certains détails. Par exemple, la directrice explique que les patients de la clinique ont une mémoire immédiate de cinq minutes, et qu'ils se souviennent de leur vie jusqu'à l'accident qui causa cette perte de mémoire immédiate. Dans ce cas, comment se fait-il qu'ils puissent disputer des parties de scrabble ou de cartes? Ils savent qu'ils doivent chercher dans leur petit carnet ou dans leur téléphone, car c'est là qu'ils notent ce qu'ils veulent retenir, mais puisqu'ils ne se souviennent que de leur vie jusqu'à leur accident, comment se souviennent-ils qu'ils sont dans une clinique où ils sont traités pour leur perte de mémoire? Certes, la directrice explique à Jeanne qu'on entraîne le plus possible la mémoire des patients, et que certaines choses restent, mais j'ai trouvé que c'était un peu bancal.

Outre cette enquête qui lui met les nerfs à rude épreuve, Jeanne doit faire face aux souvenirs (encore eux) de son enfance, et doit prendre une décision délicate. Son cheminement est intéressant, et sa psychologie l'est aussi. Parfois, je me suis dit qu'elle en faisait peut-être un peu trop, mais n'ayant pas vécu ce qu'elle a vécu, je me suis aussi dit que je n'avais pas le droit de la juger. Pour moi, la fin appelle une suite, du moins concernant la vie privée de Jeanne.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Clémentine Domptail pour les éditions Lizzie.

J'ai apprécié le jeu de la comédienne: naturel, exempt d'excès.

Acheter « Memory » sur Amazon
Acheter « Memory » en téléchargement audio sur Amazon (Audible.fr)