Mariachi Plaza

L'ouvrage:
Harry Bosch et Lucia Soto enquêtent sur un crime dont la victime est morte dix ans après qu'on lui a tiré dessus.

Critique:
Ayant été très déçue par «Dans la ville en feu», j'ai boudé «Mariachi plazza» à sa sortie audio. Il y a quelques jours, j'ai décidé de l'essayer, car le prochain sort bientôt: il a l'air intéressant, et je préfère lire les Connelly dans l'ordre de publication.

Comme je l'ai constaté dans certains autres romans de cet auteur (surtout dans les derniers), l'enquête n'est pas ce qui m'a intéressée le plus. C'est plutôt certaines choses qu'elle engendre. Par exemple, Michael Connelly évoque (comme ailleurs) les relations entre les policiers et les journalistes. Ce faisant, il explique une chose dont je ne m'étais pas aperçue, à savoir que certains journaux sont bien moins florissants que dans les années 90. Le lire sous sa plume m'a fait penser que c'était sûrement le cas en France également.

J'ai apprécié de lire certaines choses quant à la hiérarchie dans la police. Là encore, je suppose que c'est le cas un peu partout. Ici, cela s'illustre par le fait qu'une nouvelle recrue est assignée à la gestion d'un aspect pénible de l'enquête.
J'ai aimé lire les manipulations qu'effectue la personne chargée de visionner une vidéo importante pour l'enquête.

C'est toutes ces petites choses qui font que j'ai passé un bon moment. De plus, j'ai retrouvé Bosch et sa fille avec plaisir. Cependant, ce roman ne me laissera pas un souvenir impérissable. L'enquête est sans réelles surprises, tout comme celle que Soto et Bosch mènent en parallèle. Ce n'est pas désagréable, mais il ne faut pas lire ce roman en s'attendant à quelque chose de palpitant.

L'auteur a été un peu moins pénible que dans ses deux derniers romans quant à la vie sentimentale de Bosch, mais ses pensées concernant une ancienne flamme qu'il recontacte pour l'enquête m'ont agacée. Je sais, je suis sévère et pinailleuse, mais décidément, la vie sentimentale de Bosch ne me plaît pas. Peut-être est-ce parce que parmi celles qu'il a aimées, ma préférée reste Sylvia, et qu'il ne revoit que celles que je n'aime pas ou a de brèves aventures avec des femmes à qui j'ai toujours quelque chose à reprocher. ;-)

Remarque annexe:
À un moment, il est expliqué qu'avant que Maddy cesse de manger de la viande, le père et la fille allaient souvent à In N Out (une chaîne de fastfood comparable à Mcdonald). Cela m'a fait un petit pincement au coeur, car je trouve In N Out bien meilleur que Mcdo, et voilà bien longtemps que j'embête mon entourage en râlant que c'est In N Out qui aurait dû se développer en France.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Jacques Chaussepied pour les éditions Audiolib.
Je n'ai pas grand-chose à dire sur le comédien. En fait, je pense exactement pareil que lors de mes précédentes chroniques depuis que Jacques Chaussepied a remplacé Éric Herson-Macarel.

Acheter « Mariachi Plaza » en audio sur Amazon
Acheter « Mariachi Plaza » sur Amazon