Mange, prie, aime

L'ouvrage:
Après un mariage et un divorce douloureux, Elizabeth Gilbert décide de faire des choses qui lui tiennent à coeur. Elle va se délecter de plats et de culture italiens, va tenter de trouver Dieu dans un ashram, puis va en apprendre davantage sur l'Indonésie. Ce sont ces voyages qu'elle conte ici.

Critique:
Après que le livre est sorti en papier, j'ai soupiré d'ennui, parce que tout le monde l'encensait. Je pestais aussi après une partie du titre: «Changer de vie, on en a tous rêvé, elle a osé». Cela me faisait penser à tous ceux qui disent qu'il est très simple de changer ce qui ne va pas si on le veut vraiment. Il y a certaines choses qu'on ne peut pas améliorer, car elles ne dépendent pas forcément de soi.
Je me suis finalement laissée tenter après une offre d'Audible, tout en me disant que si je n'essayais pas, il m'était impossible d'avoir un avis objectif.

Elizabeth Gilbert n'exhorte pas les gens à réaliser leurs rêves à n'importe quel prix (ce que je pensais à cause du titre de son livre). Elle ne passe pas non plus son temps à prêcher en vue de convertir les lecteurs (ce que je croyais aussi avant de lire l'ouvrage). Elle n'énonce pas pompeusement des phrases comme: «C'est facile! Regardez-moi!» (ce que je pensais également avant). Je suis donc en train de me moquer de moi qui déteste avoir des idées préconçues et qui, dans cette chronique, dois reconnaître que j'en avais au sujet de ce récit.

Je ne dirai pas que ce livre est devenu l'un de mes coups de coeur, mais j'ai apprécié certaines de ses qualités. Par exemple, il y a beaucoup d'humour. L'auteur se moque d'ailleurs un peu d'elle-même, de sa façon d'agir à certains moments, etc. Elle nous présente également des personnes qui valent le détour, comme Richard du Texas. Décodant parfaitement (et avec verve) les faits et gestes de notre narratrice, adorant la taquiner, ayant souvent une réplique à la fois sage et humoristique, Richard du Texas conquerra les lecteurs. Il en ira de même pour Ketut Liyer, le sorcier balinais. Il ne ressemble en rien au cliché du «sorcier» englué dans ses certitudes qui veut avoir prise sur tous. Et comment ne pas éclater de rire (tout en bavant abondamment) lorsqu'Elizabeth nous parle de la meilleure pizza de Naples?!
Entre l'humour, les personnes adorables rencontrées par l'auteur, et toutes les anecdotes, on ne s'ennuie pas.

Une autre qualité très importante est la tolérance de l'auteur. Elle explique qu'elle ne veut convertir personne, que si quelqu'un a besoin de croire en quelque chose, il doit croire en ce qu'il veut. On ne nuit à personne en fabriquant sa religion à partir de tout ce qui nous plaît dans celles qu'on rencontre, et même en y ajoutant ce qu'on souhaite, du moment que ça nous aide à avancer, à être positif. J'aime beaucoup cette idée à laquelle j'adhère depuis longtemps. Elle prône l'ouverture d'esprit, la tolérance, et même l'enrichissement par la connaissance des différences. À mon avis, si tous pensaient ainsi, le monde se porterait mieux.
À travers son expérience, la narratrice nous fait partager quelques croyances, et si ça nous fait du bien, pourquoi ne pas en adopter certaines? J'aime bien celle des quatre frères, ou celle qui dit que ceux qui sont nés un jeudi sont nés sous une bonne étoile.

Enfin, j'ai particulièrement aimé l'idée d'une pétition à adresser à l'univers pour qu'une situation malheureuse et conflictuelle cesse. Je l'ai aimée parce que l'amie de la narratrice lui dit une chose qui tombe sous le sens (une fois qu'on l'a entendue), à savoir que l'univers se porte mieux si un maximum de gens sont heureux, et que quelle que soit la situation, si elle est malheureuse (surtout conflictuelle), énormément de gens souhaiteraient qu'elle s'arrête. Ces gens, s'ils savaient de quoi il retourne, signeraient cette pétition adressée à l'univers dont ils font partie.

Service presse des éditions Audiolib par l'intermédiaire d'Audible.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Catherine Creux.

Une autre qualité de ce roman est la lecture de Catherine Creux! Je ne connaissais pas du tout cette comédienne, et en un seul livre, elle m'a conquise. Elle ne lit pas, elle conte. Sa voix douce et son intonation dynamiques maîtrisent tous les aspects du récit. Parfois, j'avais l'impression qu'elle vivait le livre. Je pense qu'il est préférable de lire ce récit en audio, interprété par cette comédienne. Pour moi, elle y apporte une autre dimension!

Acheter « Mange, prie, aime » sur Amazon
Acheter « Mange, prie, aime » sur Amazon en audio ici ou en téléchargement audio