L'ouvrage:
Lily a retrouvé les siens. Elle est maintenant en couple avec sebastian. Bientôt, se tiendra le procès de John-Faust.

Critique:
Ah! La suite des aventures de Lily, Sebastian, et sir Kippling! Je n'ai qu'un reproche à adresser à ce roman: malgré le fait qu'il dure 20h40 (c'est, à ce jour, le plus long de la série) il est trop court. J'ai d'ailleurs mis plusieurs mois à le lire après l'avoir acheté, parce que je savais qu'après, il faudrait que j'attende la sortie du suivant.

Lydia Sherrer n'a pas déçu mes attentes: péripéties, humour (majoritairement représenté par sir Kippling), et surtout, l'absence totale de remplissage! Lily passe par des épreuves. Certaines, à mon avis, ne lui font pas trop de mal... J'exagère, mais elle m'a un peu agacée, au début, à tenter de faire ressortir le bon côté (il est inexistant) de John-Faust. Elle m'a également agacée à être triste d'y avoir échoué. Je sais qu'à sa place, j'agirais autrement. C'est peut-être parce que je suis persuadée de cela que je peste lorsque Lily veut encore croire qu'il pourrait s'amender.
Plus tard, Lily se remet en question concernant autre chose, ce qui m'a plu, car cela fait qu'elle descend un peu de son piédestal.

Bien que retraçant certaines choses déjà connues du lecteur, le procès m'a captivée. J'ai apprécié entendre les témoignages des uns et des autres, et j'ai trouvé que l'avocat de John-Faust faisait ce qu'il pouvait avec les cartes qu'il avait. Certes, il m'a agacée, mais il était là pour ça, et que j'aie eu envie de le frapper montre bien que Lydia Sherrer a réussi son pari. :-)

Sir Kippling reste égal à lui-même: lorsque les choses vont bien, il donne d'impérieux ordres pour recevoir nourriture et caresses de qualité, et lorsque les choses se gâtent, il est toujours là pour protéger son humaine, ainsi que les proches ce cette dernière, afin de ne jamais perdre nourriture et caresses. ;-) Maintenant, il houspille également Sebastian, ce qui est aussi drôle que quand il s'en prend à Lily. Bien sûr, à chaque fois qu'il prend son air supérieur, et sermonne Lily et Sebastian, c'est toujours avec une intention bienveillante.

Je trouvais qu'il était un peu pénible que Lily et les siens aient toujours les mêmes adversaires, et je voulais que ceux-ci meurent dans d'atroces souffrances, afin que Lily et Sebastian retournent au genre d'aventures qu'ils vivent dans le tome 1. Je pense toujours cela, mais dans ce tome, Lydia Sherrer est parvenue à ce que le fait de poursuivre ces adversaires ne devienne pas ressassé. L'un est d'ailleurs hors d'état de nuire. Quant à l'autre, j'aurais préféré qu'elle soit également hors d'état de nuire, étant donné ce qu'elle fait.
J'avoue que je n'ai pas vraiment compris pourquoi John-Faust fait ce qu'il fait concernant madame Berrington. Il l'explique, mais cela ne m'a pas convaincue.

Vivement le tome suivant! Pourvu qu'il sorte bientôt!

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Chenoweth Press.

Comme d'habitude, l'interprétation d'Amy McFadden est parfaite. Bien sûr, je n'aime pas qu'elle prenne des accents étrangers, mais comme dans les autres tomes, elle ne pouvait pas faire autrement. J'ai apprécié sa manière de jouer le frère de John-Faust (elle le fait toujours ainsi, mais je n'en ai jamais parlé). Ce personnage est très difficile à jouer: il bégaie, et est si anxieux qu'il se racle souvent la gorge. La comédienne s'en tire parfaitement, car on ne dirait pas qu'elle joue.