Love, lies, and hocus pocus, book 6: Identity

L'ouvrage:
Lily a été enlevée. Ses proches mettent tout en oeuvre pour la retrouver.

Critique:
Après avoir fini «Betrayal», j'étais frustrée. C'est donc avec frénésie que je me suis plongée dans «Identity». Lydia Sherrer parvient à se renouveler tout en gardant les mêmes «méchants». Comme je le pensais, il est un peu lassant que l'intrigue tourne toujours autour de ces deux dangereux personnages (au départ, il n'y en avait qu'un, et depuis la fin de «Legends», ils sont deux), mais l'autrice fait en sorte que son récit reste palpitant. Les scènes tendues où ces deux personnages se montrent dans toute leur vilenie et celles où l'inquiétude des proches de Lily est à son paroxysme sont contrebalancées par les notes humoristiques que la romancière insère. Elles sont toutes dues à Sir Kippling. Il arrive même à faire rire concernant la gravité de la situation lorsqu'il brandit une menace: Sir Kippling urinera sur tout ce qui appartient à Sebastian pendant le reste de sa vie, si celui-ci ne peut sauver Lily.

Concernant l'un des «méchants», je regrette que les autres aient empêché Mallaury d'accomplir son dessein. Certes, ils ont raison, ne serait-ce que pour préserver la santé mentale de Mallaury, mais outre que le personnage méritait cela, cet élément aurait forcé Lydia Sherrer à créer d'autres événements que la traque de ce personnage.

Lorsque Lily se rend compte qu'on tente de la piéger, j'ai trouvé dommage que l'autrice dise que, sachant que ce qu'on lui montre est faux, elle se laisse quand même duper. Je pense surtout au moment où le démon se «déguise» en madame Berington. Certes, il est expliqué pourquoi Lily ne peut s'empêcher de s'y laisser prendre, mais cela n'est pas très crédible.

La romancière soulève certaines questions délicates. Par exemple, que penser de quelqu'un qui a mal agi, sachant qu'il agissait mal, mais étant poussé par un motif compréhensible? De plus, ce personnage se rachète...
Ensuite, à travers Sebastian, l'autrice évoque les démons intérieurs. Pour moi, cette façon de faire est très importante. En effet, cela m'a bien plus parlé que les affirmations d'auteurs comme Mélissa da Costa selon lesquelles il ne faut pas se gâcher la vie à penser aux maux qu'elle nous a infligés, ou à ressasser sa culpabilité concernant ces maux, car on perd tout ce qui est positif. Elle a tout à fait raison, mais la manière de faire de Lydia Sherrer est beaucoup plus percutante.

Je suis présentement en train d'agoniser, car je ne sais pas quand sort le tome 7. En plus, il ne sortira peut-être pas en papier et en audio en même temps. Et quand il sortira en audio, il ne sera pas forcément tout de suite sur Audible! Et imaginons que quand il apparaîtra sur Audible, il ne soit que sur le .com parce que le .fr n'en a pas les droits! Pourvu que je puisse le lire bientôt!

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Amy McFadden pour les éditions Chenoweth Press.

Acheter « Love, lies, and hocus pocus, book 6: Identity » en téléchargement audio anglais sur Amazon (Audible.fr)