Like no other

L'ouvrage:
La famille de Devorah fait partie d'une communauté hassidique de Crown Heights, à Brooklyn. La jeune fille a seize ans. Elle aime tendrement les siens, et se fait un devoir de respecter toutes les règles édictées par sa religion. Malgré cela, elle a un peu peur pour son avenir, car elle ne veut pas se retrouver mariée à dix-huit ans à un quasi inconnu, surtout s'il doit ressembler moralement à Jacob, le mari de sa soeur Rose. Ce jour-là, elle accompagne justement Rose à l'hôpital, car celle-ci doit accoucher prématurément. Alors que Devorah est dans un ascenseur, l'électricité est coupée (le temps est à l'orage). Pendant quarante minutes, l'adolescente se retrouve coincée dans l'ascenseur avec Jaxon, un garçon de son âge.

Critique:
Ce livre m'a plu, mais j'ai un très gros reproche à lui adresser. Il m'a d'abord plu parce qu'Una LaMarche m'a montré une communauté que je connais très peu. J'ai lu certaines choses à ce sujet dans la série de Julia Dahl mettant en scène la journaliste Rebekah Roberts, mais cela n'a pas fait de moi une grande connaisseuse. De plus, au long de ma lecture, je me suis demandé comment tant de gens faisaient pour respecter tellement de règles dont, si on réfléchit bien, on ne voit pas l'utilité. Par exemple, on n'a pas le droit de regarder la télé, une femme n'a pas le droit de se trouver seule avec un homme qui n'est pas un membre de sa famille. Il y en a encore beaucoup d'autres. Il est donc intéressant de voir Devorah, respectueuse des règles jusqu'au bout des ongles, commencer à les remettre en question. C'est aussi ce qui m'a plu. Cette adolescente est très attachante. Sa rencontre avec Jaxon la fait réfléchir sur beaucoup de choses, notamment les raisons de certaines de ces règles, et sur le fait que, peut-être, elle ne sera pas heureuse si elle les suit toutes à la lettre. Elle a déjà vu sa soeur devenir moins joyeuse après son mariage, elle voit sa mère faire certaines choses qui lui déplaisent... La rencontre de Devorah et de Jaxon provoque une espèce de choc des cultures qui secoue l'adolescente.

On se doute rapidement que cette rencontre va bouleverser le monde de Devorah, et va la tracasser. (Pour ceux qui lisent Fred Vargas, le voisin d'Adamsberg dirait que ça la gratte ;-) ) Il est donc logique qu'elle souhaite en savoir plus, et qu'elle tombe amoureuse de Jaxon, seul garçon qu'elle connaît en dehors de sa communauté, de sa culture. L'autrice joue bien, parce qu'elle laisse entrevoir que cet amour (auquel on pourrait reprocher de fleurir assez rapidement) pourrait n'être dû qu'à la nouveauté, ne serait peut-être pas viable dans la durée. Jaxon et Devorah eux-mêmes se posent ces questions.

Les deux héros font preuve de beaucoup de courage, et pour moi, ce n'est pas de l'inconscience ou de la bêtise. Certains adolescents et certains héros de livres insipides agissent par bêtise. Ici, ce n'est pas le cas.

Dans la famille de Jaxon, j'ai apprécié tout le monde. Ses soeurs sont sympathiques. On les voit peu, mais lorsqu'elles sont présentes, on peut être sûr qu'il y aura au moins une réplique amusante. Par exemple, lorsque Jaxon rentre chez lui après avoir été frappé et amoché, sa famille est très inquiète parce qu'avant son retour, elle s'était aperçue qu'il était parti sans dire la vérité quant à sa destination. L'une de ses soeurs s'alarme, puis lui dit: «Oh! Quand tu seras passé entre les mains de maman, tu auras l'air encore pire!»
La famille de Devorah est également sympathique, sauf certains de ses membres, qui ne parlent que du respect des règles, qui ne veulent pas être tolérants... Parmi les frères et soeurs de la jeune héroïne, j'ai apprécié Hannah. Son côté fleur bleue est loin de la rendre stupide. Il semble qu'elle aussi réfléchisse et ait du coeur. À son sujet, je n'ai pas compris comment elle avait fait pour récupérer le téléphone portable, alors qu'Amos semblait bien parti pour le trouver.

Ce que découvre Devorah sur la famille Silverman et certaines choses qui lui arrivent à la fin sont de petites notes d'espoir.

Voilà maintenant mon reproche. Ce roman est une histoire d'amour adolescente. Entre le résumé et l'image de la couverture (décrite par une amie), j'imaginais que l'autrice respecterait un certain code. Or, elle ne l'a pas fait. Cela m'a déboussolée et m'a beaucoup déplu, car le respect de ce code aurait pu être cohérent par rapport à ce qui arrive dans l'histoire. J'étais tellement déçue que j'ai cherché s'il n'y aurait pas une suite. Cela serait d'ailleurs une bonne chose, car outre le paramètre que j'aurais voulu différent, la suite aurait pu développer certains éléments intéressants. Una LaMarche aurait pu montrer différentes phases d'adaptation. En plus, si le paramètre dont j'aurais aimé qu'il change avait évolué dans mon sens, cela aurait été une occasion de révéler d'autres paliers d'ajustement. Peut-être aussi que la romancière aurait pu présenter Jacob sous un jour un peu meilleur, puisque Rose assure à sa soeur qu'il n'est pas méchant.
Donc, le livre m'a beaucoup plu, et j'ai été d'autant plus déçue par ce paramètre qui, pour moi, aurait pu être évité. Bien sûr, un auteur imagine la fin qu'il veut, ce n'est pas à moi de remettre cela en question. Soit, mais ici, cela aurait dû être différent. Voulant une telle fin, Una LaMarche aurait pu prendre un autre prétexte pour que Devorah remette les règles de sa religion en question.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Phoebe Strole et Leslie Odom Jr pour les éditions Listening Library.

Phoebe Strole fait partie des comédiens dont j'aime beaucoup le jeu. Ici, elle n'a pas démérité. Elle est parfaitement entrée dans la peau des personnages, et a joué leurs émotions sans exagération. Anecdote amusante: au début du chapitre 15, le nouveau-né de Rose proteste et crie comme s'il voulait dire «Bon, j'en ai marre!» Phoebe Strole fait cela très bien. Lorsqu'il l'a entendue, mon mari a dit: «Tiens, c'est ma femme qui râle, ça.» Il l'a bien sûr dit exprès pour m'embêter. ;-)

Je ne connaissais pas du tout Leslie Odom Jr. J'ai beaucoup apprécié son jeu. Lui aussi a su jouer les personnages et leurs émotions sans exagération. Je l'entendrai à nouveau avec plaisir!

Acheter « Like no other » en anglais sur Amazon ou en téléchargement audio anglais (Audible.fr)