Les roses de Guernesey

L'ouvrage:
Béatrice Shaye a soixante-dix ans. Elle a passé la presque totalité de sa vie sur l'île de Guernesey. Elle partage sa maison avec Hélène Feldmann. Sa meilleure amie, May, habite elle aussi sur l'île.

Le fils de Béatrice, Alan, est avocat. Il soupire après Maya, la petite-fille de May. Maya est insouciante. Elle rêve de se faire entretenir. Elle collectionne les amants, et en change aussi souvent qu'on se brosse les dents.

Franca Palmer est allemande. Elle souffre de crises d'angoisse. Elle est facilement déstabilisée, et a besoin de tranquillisants pour affronter la vie. A cause de cela, elle ne travaille plus. Elle ne semble pas pouvoir se remettre de ces crises. Elle s'enfonce de plus en plus dans la dépression.

Franca fait parfois de petits voyages à Guernesey. Elle retire de l'argent que son mari y a entreposé pour échapper au fisc. A l'occasion de l'un de ces voyage, Franca est prise d'une crise de panique. Malheureusement, elle n'a pas ses comprimés salvateurs. C'est ainsi qu'elle rencontre Alan. Cette rencontre sera déterminante pour la jeune femme, car elle va ensuite rencontrer Béatrice, et va s'intéresser au passé de celle-ci, pendant l'occupation.

Critique:
Ce roman, par certains côtés, m'a fait penser à "L'invité de la dernière heure". Certaines constructions, l'évolution des personnages évoquent ce roman. Comme "Les roses de Guernesey" a été écrit avant, je devrais dire que c'est plutôt dans "L'invité de la dernière heure" que Charlotte Link a repris ces aspects.
L'attitude du mari de Franca et celle du mari de Karen ne sont pas très éloignées. Tous deux rabaissent sans arrêt leurs femmes, et critiquent ce qu'elles disent et font.
De même, l'évolution de Franca et celle de Karen sont semblables. Les deux femmes sont confrontées à une situation à laquelle elles doivent faire face. Elles n'ont aucune autre solution. Elles sont terrorisées, mais sont absolument obligées d'agir. Cela les pousse à prendre des responsabilités, des décisions. Et à la fin du roman, elles sont en bonne voie de guérison.

Le personnage de Maya est assez caricatural. Pourtant, il existe des personnes comme ça. Donc, elle est plutôt réaliste. Par contre, son revirement, à la fin, ne l'est pas vraiment.
La situation qu'Alan et elle vivent est également assez commune. Là encore, si Alan finit par être sur la voie de la guérison, c'est à cause d'une situation dans laquelle il ne peut pas se permettre de pleurer sur son sort.

On voit certaines choses venir. J'ai su très vite qu'il se passait quelque chose avec Kevin.
J'avais trouvé certaines autres choses avant les personnages.

Je n'aime pas Julien. D'abord parce qu'il ne fait pas grand cas de l'amour que lui porte la jeune femme qu'il a séduite lorsqu'elle avait quinze ans. Il se fiche éperdument de ce qui arrivera après que monsieur aura fait son caprice. Je lui préfère de loin Frédéric. Dommage que Béatrice n'ait pas pu aimer ce dernier.
Globalement, le personnage de Julien ne me plaît pas.

Que dire d'Hélène? Sûrement le personnage le plus complexe du roman. C'est volontairement que je ne l'évoque pas plus, car le lecteur doit découvrir seul ce personnage et le lien étrange et compliqué qui l'unit à Béatrice. On ne sait pas si on doit lui en vouloir ou la plaindre...

En dehors des personnages, le roman est riche en histoires se recoupant. Il dépeint également la période de l'occupation. Bien sûr, beaucoup de romans parlent de la seconde guerre mondiale. Ce roman est une pierre de plus dans l'édifice qui fait que l'on n'oubliera jamais cette guerre. Les points abordés sont intéressants: la tyrannie de l'occupant (surtout quand celui-ci est instable), l'obligation de devoir se cacher, certaines attitudes des gens "occupés"...

Certaines ficelles sont peut-être un peu faciles, mais ce roman est très intéressant. On ne le lâche pas, on veut savoir la suite. Donc, malgré certains défauts, il est captivant, et rien que pour cela, il est à lire.

Note: J'ai lu la version éditée aux Presses de la cité en un seul volume. Mais le roman a également été publié en deux tomes chez J'ai lu. Voici les titres:
1: Le fardeau du passé
2: La brume se lève

Éditeur: Presses de la cité.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Brigitte Bourge.

Acheter « Les roses de Guernesey » en 1 volume sur Amazon