Les incroyables aventures des sœurs Shergill

L'ouvrage:
Londres.
Cita est sur le point de mourir. Ses dernières volontés: que ses trois filles fassent un pèlerinage en Inde, son pays natal. Elle leur a préparé un itinéraire avec des choses obligatoires à faire. Elle souhaite que pendant ce voyage, Rajni, Jezmeen, et Shirina se parlent le plus possible.

Critique:
Avant d'acheter ce roman, j'ai regardé les chroniques sur Audible.fr. J'ai surtout retenu les négatives qui disaient qu'il ne se passait rien, que ce n'était pas intéressant, etc. J'ai décidé de ne pas les écouter parce que j'ai aimé «Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique» (précédent roman de Balli Kaurr Jaswal), et que le résumé me tentait. Je suis très contente d'avoir écouté mon instinct, car ce roman m'a plu.

Les trois soeurs se retrouvent à faire quelque chose qui leur est difficile: être ensemble, devoir se parler... Leur mère et le lecteur espèrent qu'elles finiront par aller au-delà de ce qui les oppose. Chacune a ses soucis, chacune a l'impression de n'être pas comprise par ses soeurs, chacune éprouve du dépit mais aussi de la tristesse quant à certaines disputes... Rajni souligne elle-même qu'elle passe pour la coincée inflexible. Le lecteur partageant ses émotions dès le début, il sait que c'est plus complexe. Si j'ai commencé par la trouver un peu dure, je l'ai vite appréciée, car elle se soucie des autres. Quant à Jezmeen, j'ai ressenti la même chose. Je l'ai trouvée un peu tête folle, mais partageant ses pensées, je l'ai comprise, même si j'ai eu un peu plus de mal qu'avec Rajni. C'est Shirina que j'ai eu davantage de difficultés à comprendre. Elle s'enferre dans des sacrifices qu'elle sait néfastes pour elle. Certes, elle a besoin de sécurité, et pense la trouver à ce prix... J'ai apprécié voir le cheminement de chacune, et même si je n'étais pas toujours d'accord avec leur façon d'agir, j'appréciais la remise en question qui s'opérait peu à peu.

L'épilogue m'a donné le même sentiment que celui de «Motherland», de Leah Franqui. L'autrice prend le temps de dire ce que sont devenus les personnages, et de bien montrer les conséquences de ce voyage en Inde sur les trois soeurs. Cela m'a plu.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Gaëlle Billaut-Danno pour les éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.

Je connais peu cette comédienne. J'avais apprécié sa lecture de «Fleur de cadavre». J'ai également apprécié sa lecture du roman de Balli Kaurr Jaswal. Elle joue les sentiments des personnages sans trop de sobriété ni d'exagération. Elle prend une voix un peu plus grave lorsqu'elle lit des passages de la lettre de Cita. Cela m'a un peu gênée, mais je l'ai compris, car à ce moment, Cita tente de faire preuve de sagesse. Une voix un peu grave peut aller avec cela. Le seul reproche que je lui adresserai est qu'elle adhère à cette nouvelle tendance, et dit «un klaxone» pour «un klaxon». Cela m'agace vraiment que de bons comédiens fassent cela. De plus, je ne me l'explique pas.

Acheter « Les incroyables aventures des sœurs Shergill » sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)