Les imbattables

L'ouvrage:
Victoire a vingt-deux ans, et est étudiante en lettres. N'ayant pas beaucoup d'argent, elle fait du baby-sitting. L'enfant dont elle s'occupe, Basile (neuf ans) est très intelligent et vif. Cette semaine-là, la mère du garçonnet sera en déplacement pour son travail, et celui-ci partira en voyage scolaire. Victoire compte bien en profiter pour travailler ses cours. Cependant, les choses vont tourner différemment...

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Au départ, je me suis retrouvée dans une étrange position, car quelque chose m'agaçait, mais la faute n'en revenait pas à l'autrice. Elle ne faisait que pointer du doigt des choses qui m'énervent de plus en plus, justement parce qu'elles sont vraies, et que je n'ai pas l'impression qu'elles changeront un jour. Par exemple, je ne sais pas trop où situer Basile: je me demande si, à un moindre degré, il ne serait pas autiste. De toute façon, son comportement agace ses camarades de classe. Certes, ceux-ci sont jeunes, ils ne prennent pas la mesure de tout. Cependant, il est affreux que les adultes laissent faire. L'institutrice de l'enfant, semble-t-il, ne le supporte plus, et ne tente pas de faire en sorte que chacun (Basile compris) mette de l'eau dans son vin. Je sais bien que, mise en face d'une telle situation, je réagirais pas comme cette personne, mais je sais, malheureusement, que Sarah Maeght n'exagère pas, qu'il existe des gens comme ça...

J'ai également été agacée des casseroles traînées par Victoire, mais là encore, c'est parce que c'est un problème qu'on trouve de plus en plus. Outre les TCA, Victoire a une propension au vol, et pas seulement parce qu'elle manque d'argent, puisqu'elle dérobe aussi des choses dont elle ne veut pas.

Sarah Maeght embarque nos deux héros dans une série de péripéties qui leur seront profitables. Ils seront secondés par Adam et Alison, qui m'ont été sympathiques. J'ai apprécié qu'Alison, par la force des choses, finisse par avoir une bonne opinion de Basile. Elle le prouve en parlant (sans violence) à Oscar... ;-) J'ai également apprécié qu'elle mette les pieds dans le plat, et dise à Victoire qu'elle exagère concernant certaines choses, notamment concernant l'espèce de transfert que la jeune fille fait de sa situation sur celle de Basile. Ici, je n'ai pas vraiment pu trancher. Victoire voyait les manquements de Léonore, Alison voyait que Léonore était débordée, ce qui ne voulait pas forcément dire qu'elle n'avait cure de son fils. J'avais tendance à penser comme Victoire, mais...

Ce ne serait pas forcément évident, mais j'aimerais que ce livre ait une suite qui se passerait après le retour de Victoire...

Éditeur: Jean-Claude Lattès.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Ellen Demeester pour la Bibliothèque Sonore Romande.

J'ai beaucoup apprécié la lecture d'Ellen Demeester. Elle a toujours l'intonation adéquate. Lorsqu'il y a certains noms anglophones, elle les prononce avec un accent. Je n'aime toujours pas cela, mais cette lectrice l'a bien fait. Lorsqu'un personnage parle avec un accent américain (cela arrive une fois) j'aurais fait moins caricatural, mais peut-être ne pouvait-elle faire autrement. J'avoue être pointilleuse parce que je parle anglais avec un accent américain.

Dans le roman, il y a des échanges de mails et de SMS. Je ne sais pas si la lectrice a pris l'initiative ou si la BSR lui a demandé de faire cela, mais à chaque fois, elle dit «Début de la conversation SMS» et «Fin de la conversation SMS», ou «Début du mail» et «Fin du mail». Non seulement, c'est inutile, parce que l'auditeur se rend compte seul du fait qu'il lit un échange de mails ou de SMS, mais aussi parce que c'est extrêmement agaçant! Pour moi, c'est exactement comme lorsque les lecteurs signalent des guillemets ou des parenthèses. De plus, à chaque fois qu'il y a mails ou SMS, la lectrice a isolé ces conversations, leur attribuant un fichier. Cela fait que certains chapitres sont coupés en plusieurs fichiers. Cela aussi m'agace beaucoup, en plus de me paraître inutile.

Acheter « Les imbattables » sur Amazon