Les gardiens du phare

L'ouvrage:
Hiver 1972, phare du Maiden Rock. La relève arrive. Cependant, elle ne trouve personne. Les trois gardiens ont disparu, les portes sont verrouillées de l'intérieur, la table est mise pour deux, les deux horloges sont arrêtées à neuf heures moins le quart... On ne saura jamais ce qui est arrivé.
Vingt ans plus tard, Dan Sharp, écrivain, souhaite relater cette histoire au plus près possible de la vérité. Pour ce faire, il compte s'entretenir avec tous les acteurs du drame, dont les «veuves» et celle qui était la petite amie du troisième gardien. Deux d'entre elles sont d'abord réticentes, mais chacune finit par se confier.

Critique:
Ce roman m'a beaucoup plu. Dans une note préalable, l'autrice précise qu'elle s'est inspirée d'un fait divers (la disparition inexplicable de trois gardiens de phare, en 1900). Bien sûr, son livre est un roman, ses personnages sont inventés. Elle a seulement pris l'idée de l'étrange disparition, et a imaginé comment elle aurait pu survenir si tels personnages étaient ainsi, si tels autres comme cela, si tels autres avaient fait telles choses... Elle alterne le présent des trois femmes (1992) et la vie au phare quelques semaines avant la disparition des trois gardiens. Au départ, j'ai pensé qu'il y aurait du remplissage, mais Emma Stonex s'arrange pour l'éviter. Au lieu de quoi, elle expose la psychologie de ses personnages, leurs motivations, etc. De plus, elle donne de minuscules indices au lecteur, indices qu'il est très facile de mal interpréter lorsqu'on n'a qu'eux. Je dis cela car je me suis empressée de très mal interpréter l'un d'eux. ;-) Je l'ai compris bien plus tard.
Comme souvent, la difficulté de communication entre certains provoquera des malentendus qui prépareront le dénouement.
Certains personnages paraissent peu fiables, voire perturbés, puis la romancière creuse davantage, et on se rend compte que ce n'est pas si simple. J'ai apprécié qu'à mesure de l'avancée du livre, elle nous fasse comprendre peu à peu les choses, sans être incohérente.

L'atmosphère est oppressante. Là encore, Emma Stonex s'en tire très bien. Elle décrit à merveille la tension des hommes dont chacun craint plus ou moins quelque chose, et celle des femmes (surtout l'une d'elles) qui ne parviennent pas à tourner la page, pas seulement parce que la disparition reste inexpliquée.

J'ai lu une chronique dont l'auteur trouvait que le dénouement n'était pas à la hauteur du reste. Je ne partage pas du tout cet avis. D'abord, pour moi, le dénouement est cohérent, tant par rapport aux faits que concernant la psychologie des trois hommes. Ensuite, je suis contente que l'écrivain n'ait pas créé quelque chose de spectaculaire, qui aurait flirté avec le fantastique, et qui n'aurait pas du tout été crédible!

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Guillaume Orsat et Christine Braconnier pour les éditions Audiolib.

Je connaissais Guillaume Orsat en tant que comédien de doublage, et j'ai lu un livre enregistré par lui. Son jeu m'a autant plu que d'habitude. Comme dans «Dans la gueule de l'ours», il modifie sa voix pour certains personnages sans que cela soit affecté. De plus, je trouve que la voix, parfois doucereuse, qu'il prend pour Bill est en adéquation totale avec ce personnage.

Je ne connaissais pas du tout Christine Braconnier. Son jeu m'a plu. Elle a toujours le ton approprié, et ne tombe jamais dans l'excès.

Acheter « Les gardiens du phare » sur Amazon
Acheter « Les gardiens du phare » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)