Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau

L'ouvrage:
Norman Doidge nous raconte notre cerveau et son incroyable adaptabilité.

Critique:
Après avoir été très déçue par «Libérez votre cerveau», j'ai été précautionneuse avant de prendre ce livre. Non seulement j'ai lu le résumé, mais j'ai écouté l'extrait proposé sur Audible.fr. Cette fois, mon horizon d'attente n'a pas été déçu. L'auteur nous raconte comment, peu à peu, on s'est aperçu de la neuroplasticité du cerveau. Notre matière grise change, s'adapte aux événements, à l'environnement, etc. Prenant de multiples exemples dans différents domaines, l'auteur nous explique comment c'est possible. Il nous parle de chercheurs qui, malgré le scepticisme voire l'agressivité de leurs détracteurs, ont continué d'étudier le cerveau, et ont fini par prouver leur théorie. C'est ainsi qu'on a découvert (entre autres) que si un sens fait défaut, le cerveau compense. Par exemple, les aveugles se servent de leur cortex visuel lorsqu'ils utilisent le toucher.

Je savais certaines choses dites dans ce livre, mais j'en ai également beaucoup appris. Je savais qu'il fallait exercer son cerveau, tenter d'apprendre, de s'intéresser à de nouvelles choses pour le nourrir le plus possible, et pour que cela engendre une sorte de cercle vertueux. Cette assertion, sans cesse démontrée dans la vie de tous les jours (les personnes plus actives mentalement sont plus en forme) prouve bien qu'en matière d'éducation, certains théoriciens se fourvoient. Il faut «entraîner» le cerveau de l'enfant, ne pas lui en demander le moins possible, car moins le cerveau travaille, plus il s'étiole et moins il sera en mesure de travailler. L'auteur renforce cette affirmation lorsqu'il explique qu'avant qu'on commence à être de moins en moins exigeant, lorsqu'un érudit faisait un discours, il s'appuyait sur très peu de notes et pouvait réciter des passages entiers; aujourd'hui, il a besoin d'un diaporama lui rappelant tout ce qu'il doit dire.

J'ignorais que même en psychanalyse, les évolutions constatées chez un patient n'allaient pas sans un changement de configuration de son cerveau. Pourtant, quand on y réfléchit, c'est parfaitement logique: notre cerveau s'adapte.

J'ai été séduite par la méthode Arrowsmith pour aider les élèves souffrant de troubles de l'apprentissage. Cette méthode ne part ni du postulat qu'il faut en demander le moins possible à l'enfant, ni de celui qu'il ne faut contraindre l'enfant à rien, car si ce n'est pas ludique, on va le traumatiser. Non. Cette méthode se propose de «réparer» les défaillances du cerveau, justement en se basant sur sa neuroplasticité. Si un enfant a de véritables troubles de l'apprentissage (les fainéants ne sont donc pas à prendre en compte), des tests permettent de révéler dans quel sens il faut le faire s'exercer pour que certaines connexions puissent se faire. Ensuite, il peut suivre un cursus normal. En faisant des recherches sur cette pratique, j'ai vu que certains scientifiques la rejetaient parce qu'aucune étude ne prouvait son efficacité. Sachant que certaines méthodes reconnues ont fait des ravages, je ne me base pas vraiment sur ce que disent ces gens pour me faire mon opinion. Je pense que si quelque chose semble intéressant, il faut l'essayer, et l'abandonner si on constate que cela ne fonctionne pas. Je trouve un peu dommage que l'ensemble de la méthode Arrowsmith soit inaccessible, car j'aurais souhaité m'y former par moi-même, les seules formations existant étant au Canada.

Je ne donne que d'infimes exemples de ce qu'on trouve dans ce livre riche, vivant, prônant l'ouverture d'esprit, ouvrant des tas de perspectives, dont certaines paraissent formidables et d'autres effrayantes. En effet, Norman Doidge n'omet pas de préciser que certaines avancées dans ce domaine pourraient, malheureusement, être perverties et mal utilisées par l'homme.

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Laurent Jacquet.

J'apprécie ce comédien qui a plutôt une intonation de lecteur d'essais et de documentaires. Il connaît sûrement bien l'exercice, puisqu'il fait des voiceover dans des documentaires télévisés. Ici, il n'a pas démérité. Comme je pinaille, je dirai qu'à mon goût, il fait trop de blancs, mais je sais que la plupart des auditeurs ne le remarqueront pas, ou que cela ne les embêtera pas, car ils ne sont pas aussi maniaques et anti-blancs (je parle bien sûr des silences) que moi.

Acheter « Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau » sur Amazon
Acheter « Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau » en téléchargement audio sur Amazon