Les diaboliques

L'ouvrage:
Lucie et Fabian se connaissent depuis leur plus jeune âge. À l'adolescence, ils commencent à éprouver de tendres sentiments l'un pour l'autre. C'est alors que le prêtre du village leur apprend qu'il leur est impossible de se marier.

Critique:
Ce livre (très court) est bien construit, l'intrigue est bien menée. L'enchaînement des situations, des révélations, les pièces qui s'emboîtent petit à petit, le fait que la toute fin est un dernier rebondissement, tout cela rappelle les romans de Boileau-Narcejac. Pour moi, l'auteur a finement joué, car je n'ai pas compris grand-chose avant qu'il ne le dévoile. J'ai deviné quelques éléments, mais je suppose que le romancier souhaitait qu'ils soient trouvés pour que le lecteur ait une petite longueur d'avance sur certains personnages. À un moment, je me suis même demandé si je saurais ce qu'est devenue Lucie. En effet, on passe de l'histoire de Fabian à celle de la personne dont il est l'homme de confiance. C'est un peu déroutant.

Certains passages sont assez choquants. Le langage n'est pas cru, mais les actes décrits le sont. Je ne suis pas prude, mais je trouve que les choses vont très loin.

Le roman s'achève sur un coup de théâtre. C'est voulu, le but est d'impressionner le lecteur. J'aurais préféré une fin plus détaillée, expliquant certains éléments. Le narrateur lui-même dit qu'il lui manque des réponses. Vincent Engel a voulu nous laisser sur une impression de chute: j'aurais préféré qu'il réponde aux questions. Cela a gâché quelque peu ma lecture, mais je recommande quand même ce roman.

La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Yves Vanmeenen pour la Ligue Braille.

Acheter « Les diaboliques » sur Amazon