Les chroniques lunaires, tome 3: Cress

Si vous n'avez pas lu les tomes 1 et 2, ne lisez pas cette chronique.

L'ouvrage:
Cinder et ses compagnons ont un plan afin d'empêcher le mariage de Kai avec Levana. C'est alors que Cinder décide de contacter la jeune fille qui lui a avoué avoir fait en sorte que Levana puisse espionner la terre. Elle pourra peut-être les aider.

Critique:
Là encore, la romancière transforme le conte qu'elle a choisi d'adapter à bon escient. Comme pour les deux autres tomes, il est facile de repérer de quel conte il s'agit, puis de traquer les ressemblances, les différences, la manière dont certains faits sont transposés dans l'univers créé. Comme pour les autres tomes, cela m'a passionnée. Certaines choses sont un peu grosses, mais c'est le propre du conte.
J'ai apprécié que la romancière use d'humour, notamment lorsque Thorne ou Iko sont dans les parages. Ce paramètre ne fait pas partie des codes du conte, mais il est logique qu'on le retrouve dans le roman.

Là encore, nos héros sont précipités dans un vertige de péripéties. Cela m'a plu, même si certaines choses m'ont quelque peu dérangée, alors que dans le tome 2, cela n'a pas été le cas. Par exemple, même si la manipulation mentale me fascine toujours, même si l'auteur a compliqué le procédé (les lunaires ne peuvent pas contrôler tout le monde, chacun ne peut pas contrôler avec la même intensité...), j'ai trouvé qu'il y en avait peut-être un peu trop. Cela ne m'a pas trop gênée, d'autant que c'est un sujet de réflexion pour Cinder qui se demande si à force, elle ne cédera pas à la facilité de manipuler tout le monde, et ne finira pas par être aussi malfaisante que Levana.

J'ai été agacée par les diverses réactions de Wolf à cause de ce qui arrive à Scarlet. Elles sont compréhensibles, surtout à cause de sa nature lycanthrope, mais elles ne font pas avancer les choses, elles les retardent même.
Cress aussi m'a agacée, car je l'ai trouvée mièvre. Pourtant, ses réactions sont logiques lorsqu'on considère ce qu'elle a vécu et ses conditions de vie.

La formation des couples pourra agacer certains lecteurs. Pourquoi faut-il obligatoirement que tout le monde soit amoureux? Il peut aussi être étrange que ces personnages soient si jeunes (le plus âgé, Wolf, a vingt-trois ans), et parviennent à accomplir tant de choses. Ces éléments s'expliquent facilement: dans les contes, il y a généralement des couples très amoureux, et les héros sont très jeunes. D'autre part, les adolescents qui liront ces romans s'identifieront plus facilement à des personnages qui sont à peine plus vieux qu'eux. Néanmoins, ce paramètre m'a gênée, alors que dans le tome 2, je n'y ai pas fait attention. Au cours de ma lecture de «Cress», je ne cessais d'imaginer certains personnages dans la trentaine.

On pourrait reprocher à l'auteur de jouer un peu trop du hasard. Il est un peu gros que certains personnages se retrouvent justement à tel endroit, et que Thorne ne se souvienne même pas que c'est justement ici qu'il risque de retrouver ses amis. C'est un exemple, mais il y en a d'autres. Là encore, cette ficelle peut s'expliquer par le fait que nous sommes dans un roman-conte. Dans les contes, le hasard a peu de place. L'auteur joue de cette ficelle pour créer quelques complications qui sont des rebondissement. Cela m'a plutôt ennuyée. Heureusement, cela ne dure pas.

La série comportera un autre tome: «Winter». Malheureusement pour moi, j'ai su cela alors que je venais de commencer «Cress». J'aurais dû faire mes recherches avant. En effet, il vaut mieux lire la série en suivant et sans laisser passer trop de temps entre deux tomes. Or, «Winter» sort en anglais en novembre 2015.
En janvier 2015, sort, en VO, un tome qui est une préquelle à la série: «Fairest». Il racontera la vie de Levana avant les événements qui commencent dans «Cinder».

Éditeur français: Pocket Jeunesse.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Rebecca Soler pour les éditions Macmillan.

Acheter « Les chroniques lunaires, tome 3: Cress » sur Amazon