Les aventuriers de la mer, tome 1: Le vaisseau magique

L'ouvrage:
Terrilville.
Ephron Vestrit est capitaine d'un navire marchand, la Vivacia. Sa fille, Althéa, est en parfaite communion avec le bateau, et il est acquis pour tous qu'elle en héritera. Seulement, les choses ne se passent pas comme prévu...

Critique:
C'est avec plaisir que je me suis plongée dans le deuxième cycle de Robin Hobb. J'ai été surprise de trouver le roman un peu lent à démarrer. Je pense que c'est dû au fait que je n'apprécie pas Kennit, et que c'est à lui qu'est consacré le premier chapitre. En outre, j'ai été un peu déroutée que la famille Vestrit lui laisse si souvent la place dans l'intrigue. Dans «L'assassin royal», nous suivions Fitz (c'est d'ailleurs lui qui raconte les événements). Ici, le narrateur étant omniscient, il est plus simple à l'auteur de montrer des personnages qui, pour l'instant, n'ont rien à voir avec les Vestrit.

Dans ce tome, il est très facile de ne pas apprécier Kyle. Pourtant, malgré tout, Robin Hobb s'efforce de montrer un personnage qui n'est peut-être pas si mauvais, notamment à travers les points de vue de Keffria et de Ronica. Leur foi en lui est quand même mise à mal après la démonstration de despotisme dont il les abreuve, mais il est peut-être capable de remise en question... Je dis surtout cela parce que je n'aimerais pas qu'il soit seulement cupide, sans coeur, et violent. Je voudrais que l'auteur l'ait davantage creusé. À voir dans la suite.

Althéa m'est sympathique. On voit très vite ses faiblesses: il lui arrive plusieurs fois de se retrouver ivre morte parce que quelque chose ne lui plaît pas. C'est en ce sens qu'elle donne quelque peu raison à Kyle qui la qualifie d'enfant gâtée ne connaissant rien à la vie. Même si je suis plus nuancée (d'autant que j'apprécie Althéa), force m'est de reconnaître qu'elle n'agit pas toujours avec discernement.

Outre des personnages très intéressants, dont certains révéleront sûrement des facettes insoupçonnées par la suite, Robin Hobb crée, une fois de plus, un décor passionnant. Les cités du royaume des anciens ont une histoire, un passé qui font d'elles ce qu'elles sont au moment où se passent les cycles. Les Autres ont leur fonctionnement et leurs superstitions. Les vivenefs sont intéressantes. Il est d'ailleurs évident qu'un douloureux secret entoure l'une d'elles...

Service presse des éditions Audible Studios, dont vous trouverez le catalogue sur le site Audible.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Vincent de Boüard.

Je n'ai entendu ce comédien que sur un livre avant cette série. Je gardais un bon souvenir de sa prestation, mais (allez savoir pourquoi), j'imaginais qu'il ne lui serait pas aisé d'interpréter une série de ce genre. Cet a priori, fondé sur rien, a été totalement balayé par mon écoute de «Le vaisseau magique». Vincent de Boüard a très bien su changer son timbre de voix pour certains personnages sans que ce soit affecté. Il ne prend pas une voix ridicule pour les rôles féminins. Il a également l'intonation adéquate lorsqu'il s'agit de jouer la peur, la colère, etc. Je suis donc contente d'avoir encore huit tomes à passer en sa compagnie.

Pour information, la structure du livre n'a pas pu être respectée. Certains chapitres sont coupés en deux.

Acheter « Les aventuriers de la mer, tome 1: Le vaisseau magique » ici ou en téléchargement audio sur Amazon