Le serpent majuscule

L'ouvrage:
Mathilde, soixante-trois ans, est tueuse à gages. Nous la découvrons alors qu'elle remplit un contrat. C'est à partir de là que certaines choses commencent à déraper: elle oublie des données, en confond d'autres... Tout n'allant pas comme elle le souhaite, elle décide de régler les problèmes de la meilleure manière qu'elle connaisse, ce en quoi elle excelle.

Critique:
Comme le précise Pierre Lemaitre dans l'avant-propos, ce roman a été écrit en 1985, et jamais proposé à l'édition. L'auteur a décidé de le faire publier comme son adieu au roman noir.

Il est rare que mon ressenti concernant un roman contredise ma pensée quant à sa valeur. Or, c'est le cas ici. Je sais que ce roman est bon, mais il ne m'a pas plu. L'auteur explique (toujours dans l'avant-propos) que ses lecteurs lui reprochent d'être méchant avec ses personnages, et que, pourtant, les malheurs arrivent dans la vie, alors pourquoi ses personnages n'en subiraient-ils pas? Je pense que, justement, ce qui ne m'a pas plu, c'est que l'écrivain brandit sous le nez du lecteur que ce qui se passe dans ce roman pourrait arriver dans la vie. Mon esprit facile à effrayer imaginait combien les «missions» de Mathilde étaient aisées à réaliser, et que si elle pouvait mettre son savoir en oeuvre pour régler ses comptes, alors il était simple à quelqu'un de faire ainsi dans la vie. De plus, j'ai bien conscience d'avoir eu une réaction primaire, mais j'aurais tellement souhaité qu'un personnage souffre longtemps et beaucoup, et cela n'a justement pas été le cas! À l'inverse, d'autres dont j'aurais aimé qu'ils aient une chance ne l'on pas eue.

Je pense (mais je me trompe peut-être) que le romancier a souhaité nous faire rire avec ce personnage de méchante vieille femme qui sème le chaos partout où elle passe, et qui est toujours en train d'ourdir un plan pour bien montrer qu'elle n'a pas dit son dernier mot. En outre, l'intrigue est sans temps morts, il n'y a pas d'incohérences, et la manière dont arrive une certaine chose est à la fois cocasse et émouvante.

Service presse des éditions Audiolib.
La version audio que j'ai entendue a été enregistrée par Nicolas Ggermag.

C'est le premier livre enregistré par ce comédien que je lis. J'espère que j'aurai l'occasion de l'entendre à nouveau, car sa prestation m'a plu. Il joue sans affectation, et n'est jamais monotone.

Acheter « Le serpent majuscule » sur Amazon
Acheter « Le serpent majuscule » en audio sur Amazon ou en téléchargement audio (Audible.fr)